1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

UMP : Fillon règle encore ses comptes avec Sarkozy
Le Parisien19/07/2014 à 17:28

UMP : Fillon règle encore ses comptes avec Sarkozy

Nouvelle charge de Fillon contre Sarkozy. Dans une interview au Monde, l'ancien Premier ministre s'en prend à l'ancien président de la République. Les affaires judiciaires, la présidence de l'UMP, la primaire en 2016... Tous les sujets sont bons pour attaquer l'ex-chef de l'Etat.

Depuis un mois, Nicolas Sarkozy laisse entendre qu'il pourrait tenter de reconquérir la présidence de l'UMP, avant de régler la mire sur la présidentielle de 2017. Une stratégie à double détente que François Fillon fustige. «Plutôt que d'une candidature qui verrouille le débat, l'UMP a besoin d'une candidature d'apaisement qui ramène de la sérénité et permette d'organiser la primaire dans un climat de confiance, de façon à aboutir à une compétition maîtrisée», tacle-t-il.

>> A LIRE. Sarkozy, un été pour se décider

«Chacun est libre d'être candidat»

Depuis plusieurs semaines, Fillon répète à l'envi que le futur patron de l'UMP ne doit pas concourir à la primaire, même s'il reconnait que «rien ne l'interdit» dans les statuts du parti. «Chacun est libre d'être candidat. Mais je considère que ce n'est pas la bonne formule, ni la bonne solution», assure-t-il.

Viennent ensuite dans l'interview les ennuis judiciaires de Sarkozy. A la question, «les affaires peuvent-elles empêcher le retour de Nicolas Sarkozy ?», François Fillon répond, vachard : «En tout cas, ce ne sont pas les affaires qui participent à l'établissement d'un climat serein au sein de l'UMP et d'un lien de confiance avec les Français.»

«Tous les ingrédients sont réunis pour une révolte»

Comme Alain Juppé avant lui, l'ex-Premier ministre critique la posture de Sarkozy, qui n'a pas hésité à s'en prendre aux juges lors de son interview début juillet. Tout en trouvant «très excessive la mise en scène» de la mise en examen de Nicolas Sarkozy, il estime que «le rôle des responsables politiques - en particulier un ancien président ou un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M1903733
    19 juillet21:05

    Sans Sarko on ne connaitrait pas le nom de Fillon

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer