1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ukraine : vers une nouvelle guerre de Crimée ?

Le Parisien24/02/2014 à 19:22

Ukraine : vers une nouvelle guerre de Crimée ?

L'arrivée au pouvoir à Kiev de dirigeants soucieux de lier leur avenir en priorité à l'Europe et non plus à la Russie pourrait entraîner une crise sans précédent dans l'est du pays, en particulier en Crimée. Cette péninsule au sud de l'Ukraine, bordant la Mer noire, est l'unique région dont plus de 60% de la population est d'origine russe.

 A Sebastopol, la «capitale» de la Crimée, la situation est particulièrement tendue, en raison de la présence d'une base de  la marine russe.  Cette partie du pays n'est pas favorable au mouvement Maidan qui a pris le pouvoir à Kiev, ce week-end.  Depuis la fuite du pouvoir de Viktor Ianoukovitch, la ville est en proie à de multiples tensions. Selon plusieurs témoignages sur place des milices anti-Maidan se forment . 

Ce lundi, l'inquiétude a pris un tournant encore plus politique. Le  maire de la ville, qui est en fait un administrateur nommé par Kiev, a démissionné. Du coup les militants pro-russes ont pris d'assaut la mairie et procédé à une élection dans l'urgence.  

Les pro-russes s'emparent de la ville 

Alekseï Tchaly, un entrepreneur ukrainien mais également  citoyen russe, a été élu à main levée maire de Sébastopol selon le quotidien russe Kommersant. Lors d'un «meeting» improvisé réunissant près de 30 000 personnes, il a déclaré : «Je défendrai notre ville et ne permettrai à personne, et surtout pas aux nationalistes, de nous dicter des conditions». 

Crowd of pro Russia activists at Sevastopol city administration chanting "We won't surrender Sevastopol!" pic.twitter.com/NeILm9uYxp? Paul Sonne (@PaulSonne) 24 Février 2014

Les manifestants  ont même fait flotter un drapeau russe sur la mairie pour signifier leur non allégeance au nouveau pouvoir à Kiev. 

A Sebastopol, le "maire" élu par les manifestants attend d'être légitimé par un conseil municipal.? louis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer