Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ukraine-Mille observateurs de l'OSCE surveilleront la trêve

Reuters07/03/2015 à 00:16

(Actualisé, nombre d'observateurs de l'OSCE, Fabius) par Alistair Scrutton et Aija Krutaine RIGA, 6 mars (Reuters) - La Russie et l'Ukraine ont donné leur accord pour doubler, en le portant à mille, le nombre d'observateurs de l'OSCE chargés de veiller au respect du cessez-le feu dans l'est de l'Ukraine. L'accord a été conclu après une discussion au ministère des Affaires étrangères à Berlin de représentants de la Russie, de l'Ukraine, de la France et de l'Allemagne, a annoncé vendredi le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) devront avoir accès aux zones de stockage des armes lourdes, a précisé le ministre allemand qui participait à Riga, en Lettonie, à une réunion informelle des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne. Lundi, les dirigeants russe, allemand et français avaient accepté la proposition de l'Ukraine de demander à l'OSCE d'aider à la mise en oeuvre des accords de paix conclus à Minsk, la capitale biélorusse, le 12 février. Federica Mogherini, Haute Représentante de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité commune, qui présidait la réunion de Riga, a reconnu que le respect du cessez-le-feu n'était pas "parfait" mais que la situation s'améliorait. "Il faut renforcer la mission de l'OSCE sur le terrain", a-t-elle dit. Sur la question des sanctions prises contre la Russie pour son rôle dans le conflit, c'est le statu quo. Federica Mogherini a déclaré que l'Union ne pouvait pas actuellement les assouplir et le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a souligné qu'il faudrait une grande amélioration de la situation pour qu'on puisse parler de les réduire. "TENDANCE POSITIVE" "Les sanctions ne seront pas levées tant qu'un développement véritablement positif ne se sera pas produit sur le terrain et, dans le cas contraire, nous sommes toujours prêts à accroître si nécessaire la pression", a dit Mogherini. "Jusqu'à présent, le cessez-le-feu ne fait que commencer, ce n'est pas parfait, il y a encore des violations, mais la tendance est assurément positive." Les sanctions européennes arrivent à expiration en juillet et il faudra décider d'ici là de leur reconduction ou pas, en fonction de l'évolution de la situation. Pour le ministre lituanien des Affaires étrangères, Linas Linkevicius, très hostile à la Russie, "le moins qu'on puisse faire c'est de prolonger les sanctions jusqu'à la fin de l'année". Le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond, a indiqué que "l'Union européenne restera unie sur la question des sanctions" et que si Minsk-2 n'est pas respecté, les Européens prépareront rapidement de nouvelles sanctions contre Moscou. Son homologue polonais, Grzegorz Schetyna, a précisé que de nouvelles sanctions pourraient être imposées si les séparatistes attaquent par exemple Marioupol. Kiev redoute que cette ville portuaire et industrielle sur la mer d'Azov ne constitue le prochain objectif des séparatistes prorusses. Sa prise faciliterait l'établissement d'une continuité territoriale entre les territoires sous leur contrôle de l'Est ukrainien et la Crimée, annexée il y a un an par la Russie. "LE PIÈGE DE LA CONFRONTATION" Laurent Fabius, lui, s'est dit hostile à un renforcement des sanctions dans la situation actuelle. "Ce serait paradoxal de les renforcer au moment même où l'accord de Minsk est appliqué", a-t-il noté. Le secrétaire général de l'OSCE a déclaré vendredi que le cessez-le-feu tenait globalement malgré quelques escarmouches. "D'après mon évaluation, le cessez-le feu tient, dans l'ensemble, même s'il y a des violations", a dit Lamberto Zannier à Reuters. "Nous ne constatons pas de violations en ce qui concerne l'utilisation des grosses pièces d'artillerie. Et nous avons vu que celles-ci avaient été déplacées", a-t-il ajouté. Les accords de Minsk-2, négociés le mois dernier par Angela Merkel et François Hollande avec Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko, font du cessez-le-feu et du retrait des armes lourdes le préalable au lancement du processus politique censé mettre un terme à la crise. L'Ukraine et les gouvernements occidentaux ont accusé la Russie d'avoir armé les séparatistes de l'Est et envoyé des troupes combattre à leur côté, ce que Moscou dément. Au fil des mois, l'UE et les Etats-Unis ont imposé une série de sanctions qui ont nui à l'économie russe, contribuant à la dégradation des relations entre la Russie et l'Occident. Federica Mogherini a mis en garde contre un retour à la "logique de confrontation" des années de Guerre froide. "Toute initiative ramenant à une logique de confrontation rappelant les années 50 n'est pas une logique européenne", a-t-elle dit. "Et si quelqu'un, à Moscou, tombe dans ce piège ou pousse ce piège, il ne nous appartient pas de suivre cette erreur." (Avec Adrian Croft et Tom Koerkemeier; Henri-Pierre André, Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.