Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ukraine-Les Européens restent prudents après l'accord de Minsk

Reuters13/02/2015 à 01:24

* Rien n'est joué, a dit François Hollande * Le respect du cessez-le-feu vu comme le "vrai test" * De nouvelles sanctions évoquées en cas de non respect de l'accord (Actualisé avec la fin du sommet de Bruxelles) BRUXELLES, 12 février (Reuters) - Les dirigeants de l'Union européenne ont exprimé jeudi un soulagement teinté de prudence après le compromis conclu à Minsk pour tenter de mettre fin au conflit dans l'est de l'Ukraine et n'ont pas exclu la possibilité de nouvelles sanctions en cas de non respect de cet accord. A l'initiative de cette négociation avec la chancelière allemande Angela Merkel, François Hollande a prévenu ses pairs réunis en Conseil européen à Bruxelles que rien n'était joué. "L'accord conclu à Minsk pour résoudre le conflit dans l'est de l'Ukraine ne garantit pas qu'une paix durable sera instaurée", a-t-il dit à son arrivée à Bruxelles. "Nous sommes dans un moment qui est crucial, un accord a été obtenu, c'est plus qu'une lueur d'espoir et en même temps un moment où tout peut encore se décider dans un sens ou dans un autre et les prochaines heures seront déterminantes." Angela Merkel, qui a négocié toute la nuit aux côtés du présidents français avec ses homologues russe et ukrainien, s'est montrée tout aussi prudente à Bruxelles. "C'est une lueur d'espoir, pas moins, pas plus", a dit la chancelière, ajoutant qu'il "était très important que les paroles soient suivies par les actes". L'accord "global", obtenu au terme d'une longue nuit et d'une matinée de discussions entre les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand, comprend notamment un cessez-le-feu appelé à entrer en vigueur le 15 février. ID:nL5N0VM3JD Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, s'est voulu pragmatique. "L'espoir, c'est bien, mais l'espoir n'est pas assez, le vrai test est le respect du cessez-le-feu sur le terrain", a-t-il dit, rappelant que le premier cessez-le-feu, conclu le 5 septembre, n'avait pas été respecté. Le Premier ministre britannique a salué les efforts des diplomaties française et allemande, tout en émettant des doutes. "JUSTE DES MOTS SUR UN MORCEAU DE PAPIER" "Si c'est un véritable cessez-le-feu, alors bien sûr c'est bienvenu, mais ce qui compte par dessus tout, ce sont les opérations sur le terrain plutôt que juste des mots sur un morceau de papier", a estimé David Cameron. "Vladimir Poutine doit savoir que s'il ne change pas son comportement, les sanctions que nous avons mises en oeuvre ne changeront pas", a dit le chef du gouvernement britannique alors que d'autres leaders ont brandi la menace de nouvelles procédures. Le président du Conseil, Donald Tusk, a déclaré lors de la conférence de presse de clôture du sommet que les chefs d'Etat et de gouvernement à Bruxelles étaient prêts à franchir le pas. La chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande ont tous deux confirmé l'existence de cette option. "Si l'accord n'était pas respecté (...), on rentrerait dans un processus que vous connaissez bien (...) de sanctions qui s'ajouteraient à celles qui ont déjà été prononcées", a dit à la presse le président français qui a évoqué aussi des mesures de suivi de l'accord. (Julien Ponthus, Francesco Guarascio, Ingrid Melander édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.