Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

UE-Paris et Berlin veulent des progrès rapides sur la défense

Reuters14/12/2016 à 14:13
    * Le sujet sera abordé jeudi par le Conseil européen 
    * Hollande et Merkel poussent cinq initiatives 
    * Espèrent des décisions "au plus tard" fin juin 
 
    par Jean-Baptiste Vey 
    PARIS, 14 décembre (Reuters) - La France et l'Allemagne, 
épaulées par plusieurs partenaires européens, veulent que le 
Conseil européen de jeudi programme des avancées rapides dans le 
domaine de la défense, avec comme horizon le mois de juin 
prochain. 
    François Hollande et Angela Merkel proposeront à leurs 
homologues d'acter cinq initiatives : créer un dispositif 
permanent de planification et de conduite d'opérations, 
s'engager à augmenter les budgets nationaux de défense, 
instaurer une revue annuelle des investissements, mettre sur 
pied des financements communs et entériner un soutien à des pays 
africains, a précisé une source diplomatique française. 
    Paris et Berlin souhaitent que le Conseil européen confie un 
mandat sur chacun de ces points à la Haute Représentante pour la 
politique extérieure et de sécurité, Federica Mogherini, sur la 
capacité permanente par exemple, avec un rapport au Conseil 
européen de mars et des décisions fin juin "au plus tard". 
    La France et l'Allemagne demandent parallèlement, pour la 
fin 2017, le renforcement du mécanisme Athena de financement 
solidaire de certaines dépenses liées aux opérations militaires 
ou civiles pour qu'il en couvre davantage. 
    Des réserves pourront être intégrées dans les conclusions du 
Conseil pour des pays neutres qui ne souhaiteraient pas 
s'engager sur tel ou tel point, comme l'Irlande, Malte ou 
l'Autriche, ou pour le Royaume-Uni, dont les citoyens ont voté 
pour la sortie de l'Union européenne et qui a toujours été 
réticent vis-à-vis de la défense européenne, a-t-on précisé. 
    Face notamment aux craintes des Polonais, Paris et Berlin 
assurent dans le même temps que ces développements sont 
complémentaires à l'action de l'Otan et non dirigés contre 
l'alliance. 
     
    VERS L'AUTONOMIE STRATÉGIQUE ?   
    Après le conflit en Ukraine, les guerres au Moyen Orient, 
les attentats en Europe et le choc du référendum britannique de 
juin, les Européens ont décidé en septembre à Bratislava 
d'accroître leur coopération militaire. 
    Une volonté renforcée par les déclarations du président élu 
américain, Donald Trump, qui a jugé que l'Otan coûtait trop cher 
aux Etats-Unis et a proposé de faire contribuer davantage les 
Européens, faute de quoi ils devraient se débrouiller seuls. 
    La création d'une capacité permanente de planification et de 
conduite d'opérations, militaires et civiles, avec des chaînes 
de commandement distinctes mais coordonnées, vise à corriger la 
lenteur du système actuel, par lequel les Européens doivent 
créer, pour chaque opération, un dispositif ad hoc. 
    Sur les budgets nationaux, il s'agit d'obtenir l'engagement 
des Européens qu'ils portent progressivement leurs dépenses à 2% 
du produit intérieur brut de leur pays, dont 20% en équipements, 
un objectif déjà fixé par l'Otan et que peu de pays atteignent. 
    La revue annuelle des investissements vise quant à elle à 
coordonner progressivement les programmations de dépenses de 
matériels pour davantage d'efficacité et une meilleure 
interopérabilité. 
    Quant aux instruments de financement, la Commission 
européenne a présenté un plan en trois volets : la création d'un 
programme de recherche militaire sur le budget européen, un 
fonds européen de financement des capacités de défense et 
l'extension du mandat de la Banque européenne d'investissement 
(BEI) pour financer certaines de ces activités. 
    Le budget consacré par l'Union européenne à sa défense 
représente un quart environ des dépenses militaires des 
Etats-Unis, selon les statistiques de l'UE.  
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.