Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

UE-Moscovici juge "sérieux" le problème du déficit français

Reuters13/09/2014 à 15:31

* Le déficit français, un problème "sérieux" * Moscovici ne veut ni indulgence ni approche punitive * Il dit que la différence se verra avec son prédécesseur PARIS, 13 septembre (Reuters) - Le futur commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a déclaré samedi que le déficit de la France, revu à 4,4% fin 2014, était "un problème sérieux" qu'il aurait à examiner en tant que gendarme du pacte de stabilité. Paris pousse en faveur d'une plus grande souplesse sur la question des déficits au sein de la zone euro afin de relancer une croissance atone. Le ministre français des Finances Michel Sapin a annoncé cette semaine que le déficit public avait augmenté en 2014 et que l'objectif de le ramener à 3% du PIB était repoussé à 2017. La nouvelle trajectoire annoncée par la France, qui a déjà obtenu deux reports pour redresser ses comptes, en 2007 et 2013, n'est pas conforme à ses engagements, a réagi la Commission européenne. ID:nL5N0RB4Y5 "Les 4,4% de déficit, c'est un problème sérieux, c'est un problème qu'il faut traiter, c'est un problème qu'il m'appartiendra aussi d'examiner", a déclaré samedi Pierre Moscovici sur BFM Business. Dans le cadre des discussions avec la France, "il faut partir de données objectives", a-t-il ajouté. "Par exemple, Michel Sapin évoque des circonstances exceptionnelles, le rôle de la Commission, c'est de voir si, au regard de nos règles, ces circonstances sont réellement exceptionnelles ou pas." Pierre Moscovici, prédécesseur de Michel Sapin aux Finances en France, sera sous surveillance à Bruxelles, où il sera le représentant d'un pays jugé peu crédible dans sa lutte contre les déficits. Il a déjà indiqué qu'il ne donnerait aucune dérogation à Paris sur le respect des règles de redressement de ses finances publiques, tout en précisant qu'il examinerait les efforts entrepris, les économies réalisées et les réformes menées. ID:nL5N0RB4MF "Quand on devient commissaire européen, on reste quelqu'un qui a sa nationalité (...) en même temps, on devient quelqu'un qui défend l'intérêt général européen", a-t-il répété samedi, estimant qu'il lui faudrait "naviguer" entre deux écueils, celui de "l'indulgence excessive" et celui de "l'approche purement punitive". "UNE ÉPREUVE AU BON SENS DU TERME" Interrogé sur ce qui allait concrètement changer avec la nomination d'un socialiste français en remplacement du libéral Olli Rehn au poste de commissaire aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici a répondu : "Je ne peux pas vous le dire, là, maintenant, mais je peux vous dire une chose, vous le verrez." Il a notamment indiqué qu'il souhaitait consacrer du temps à "faire la pédagogie de l'Europe" dans son pays. Comme tous les autres commissaires, Pierre Moscovici va maintenant subir une audition devant la commission du Parlement européen chargée de son dossier, qui donnera son avis sur ses compétences et son engagement européen. Cet avis des commissions parlementaires n'est que consultatif mais, par le passé, plusieurs candidats ont dû être remplacés, les députés européens disposant de facto d'un droit de veto puisqu'ils doivent accorder leur confiance à la Commission tout entière lors d'un vote d'investiture. "Je m'attends à une épreuve, au bon sens du terme", a dit samedi Pierre Moscovici sur BFM Business. "Je veux la réussir, et je veux la réussir bien, je ne veux pas passer ras." Pour lui, le nouvel exécutif européen a un "rôle historique" à jouer. "Si cette Commission ne réussit pas à donner de la dynamique économique, à créer de la croissance et de l'emploi (...) à ne pas se contenter du sérieux budgétaire, indispensable mais pas suffisant, alors à ce moment-là, dans cinq ans, ça sera la fin du projet européen", a-t-il estimé. Invoquant la faible croissance et une inflation au plus bas, Michel Sapin a indiqué que le déficit public français atteindrait 4,4% du PIB fin 2014, au lieu de 3,8% prévu auparavant, soit plus que les 4,1% de 2013, selon la dernière révision par l'Insee. Le dérapage serait ainsi de plus de 6 milliards d'euros cette année et de plus de 25 milliards en 2015, année où le déficit serait à peine réduit à 4,3%, au lieu des 3% promis auparavant. Il reviendrait sous cette barre fin 2017. (Chine Labbé)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.