Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

UE-La probable commissaire au Commerce joue l'apaisement

Reuters29/09/2014 à 20:59

par Robin Emmott BRUXELLES, 29 septembre (Reuters) - Cecilia Malmström, probable prochaine commissaire européenne au Commerce, s'est efforcée lundi de rassurer les députés européens en déclarant que les entreprises américaines ne pourraient pas défier les règles européennes si Bruxelles et Washington concluaient le plus grand accord commercial jamais négocié. Elle a expliqué lors de son audition au Parlement européen qu'elle n'excluait pas qu'une clause très contestée sur la "protection des investissements" soit purement et simplement retirée de l'accord si les Européens jugent qu'elle permettrait aux entreprises américaines de contourner les règles communautaires. Des associations de consommateurs, des syndicats et certains gouvernements de l'UE craignent de voir le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP) en cours de négociation accorder un pouvoir exorbitant aux multinationales américaines s'il institue une procédure de règlement des différends qui permettrait aux entreprises d'attaquer des Etats devant un tribunal arbitral et non devant des magistrats. "Le mécanisme de règlement des différends investisseurs-Etats tel qu'il existe aujourd'hui soulève plusieurs problèmes, (...) je n'exclus pas qu'il soit retiré", a dit lundi Cecilia Malmström aux députés européens lors d'une audition de trois heures dominée par ce sujet. "Nous n'allons pas sacrifier le modèle européen au profit du libre-échange", a-t-elle ajouté. La commissaire désignée, une Suédoise libérale, a toutefois prévenu qu'une telle position de l'UE aurait des conséquences car Bruxelles et Washington veulent que le TTIP serve de référence pour des accords avec la Chine, l'Inde et d'autres. "Nous avons besoin de ce mécanisme dans des accords commerciaux avec d'autres pays", a-t-elle dit. MOSCOU NE POURRA PAS AMENDER L'ACCORD AVEC L'UKRAINE La question du règlement des différends entre les entreprises et les Etats est devenue l'un des points de blocage des discussions entre UE et Etats-Unis. L'Allemagne, notamment, s'oppose fermement à la création du mécanisme d'arbitrage. ID:nL6N0RQ3RY Mais les Etats-Unis et le commissaire au Commerce sortant, Karel De Gucht, ont averti que Washington ne signerait aucun texte qui ne prévoirait pas une clause de protection des investissements. Ces divergences menacent aussi de compliquer les discussions commerciales entre l'UE et le Canada alors que le Parlement européen est appelé à se prononcer sur le projet d'"accord économique et commercial global" entre les deux parties. ID:nL6N0RQ3RY Un autre commissaire désigné, l'Allemand Günther Oettinger, a quant à lui pris la défense des deux accords en discussion en appelant son pays d'origine à les approuver et en dénonçant les "gesticulations" des opposants au mécanisme d'arbitrage. Si le mécanisme de règlement des différends n'est pas indispensable, du point de vue des Etats-Unis, dans leurs relations avec des pays comme l'Allemagne, dont le système judiciaire fonctionne correctement, a-t-il dit, "qu'en est-il avec la Bulgarie ou la Sicile ?". A propos d'un autre sujet d'actualité, Cecilia Malmström a déclaré aux parlementaires que la Russie ne pourrait pas amender l'accord d'association conclu entre l'UE et l'Ukraine, ratifié la semaine dernière et critiqué par le Kremlin. ID:nL6N0RH2KU "Je ne permettrai pas, si je suis confirmée (à ce poste), et la Commission ne permettra pas, à la Russie d'amender l'accord", a-t-elle dit. "Les Russes "ont exprimé des inquiétudes, de nombreuses inquiétudes, qui sont pour la plupart d'ordre économique pour ce que je peux en juger." Elle a ajouté que le délai de 15 mois prévu avant l'application de l'accord devrait permettre d'aplanir les divergences. (Marc Angrand pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.