1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

UE : la nomination d'un proche de Juncker fait scandale
Le Point15/03/2018 à 12:40

Jean-Claude Juncker et Martin Selmayr, son directeur de cabinet, nommé secrétaire général de la Commission, au grand dam des députés européens.

Jean-Claude Juncker l'a surnommé affectueusement « le monstre ». Martin Selmayr, jusque-là son directeur de cabinet, a été nommé fin février secrétaire général de la Commission européenne, faisant de lui le grand manitou de l'administration de l'exécutif européen. Une belle promotion pour ce très proche du président de la Commission européenne. Trop belle ? La nomination ne passe pas.

Le 27 février, le point presse quotidien du porte-parole de la Commission tourne quasiment à l'émeute. Les journalistes accrédités mettent Alexander Winterstein à la question pendant plus d'une heure et demie afin d'obtenir des précisions sur cette nomination, selon eux, expéditive et qui remet en cause l'engagement de « transparence » qu'avait pris Jean-Claude Juncker lorsqu'il avait fait campagne pour prendre la tête des commissaires européens.

Les vagues tiennent aussi à la personnalité de Martin Selmayr. Juncker l'a reconnu en annonçant la promotion de son directeur de cabinet : « Selmayr a un point commun avec moi, a-t-il lancé : nous avons tous les deux des ennemis. » L'homme lige du Luxembourgeois est en effet considéré comme l'inspirateur de l'architecture de la Commission européenne mise en place sous le mandat de Juncker : les commissaires sont encadrés par des vice-présidents, ce qui permet au président et à son directeur de cabinet de se poser en arbitres et de tenir les rênes. Un dispositif censé...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer