Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

UE-Juncker invite l'UE à la dignité vis-à-vis des réfugiés

Reuters09/09/2015 à 13:13

* "C'est le moment de faire preuve de dignité humaine"-Juncker * La Commission s'engage à présenter une liste de pays sûrs * L'effort des pays voisins de la Syrie bien plus important (Actualisé avec autres déclarations, débat) par Gilbert Reilhac STRASBOURG, 9 septembre (Reuters) - Le président de la Commission européenne a rappelé mercredi les Etats membres de l'UE à leur obligation de défendre leurs valeurs, en les invitant à accueillir les demandeurs d'asile chassés par la guerre sans "peur" inopportune. Débutant par là son premier "discours sur l'état de l'Union" devant le Parlement européen, Jean-Claude Juncker a confirmé sa proposition de voir les Vingt-huit se répartir 160.000 réfugiés, principalement en provenance d'Irak et de Syrie, arrivés dans des pays du Sud de l'Europe. C'est quatre fois plus que la proposition faite par la Commission en mai, à l'époque fraîchement accueillie par certains pays mais depuis soutenue par la France et l'Allemagne, qui prônent désormais un mécanisme de répartition obligatoire. "Le temps n'est pas venu d'avoir peur. C'est le moment de faire preuve de dignité humaine", a-t-il affirmé en ouverture d'un discours de près d'une heure et demie. "Ce sont 160.000 personnes que nous devons accueillir dans nos bras et j'espère que, cette fois, tout le monde sera embarqué", a-t-il ajouté, sous des applaudissements qui s'arrêtaient à l'extrême droite de l'hémicycle. François Hollande a déjà dit que la France en accueillerait 30.000 au total, comme le propose la Commission dans sa proposition de répartition par pays. ID:nL5N11D2JX Jean-Claude Juncker a précisé que cette proposition devrait être adoptée lors du Conseil des ministres de l'Intérieur et de la Justice de l'UE du 14 septembre. Une grande partie de ces réfugiés, déjà présents en Hongrie, Grèce et Italie, pays par lesquels ils sont entrés dans l'UE, devront être accueillis par les autres Etats membres. "Cela doit être fait de manière obligatoire", a-t-il précisé, alors que de nombreux pays, dont la Hongrie, sont opposés à toute forme de quotas. LISTE DE PAYS SÛRS Il a en contrepartie annoncé son intention d'établir une liste de "pays sûrs" dont les ressortissants pourraient être expulsés plus rapidement en cas d'entrée illégale sur le territoire de l'UE, comme le réclament Paris et Berlin. Il s'est également dit favorable à une réforme du mécanisme de Dublin qui laisse la charge des migrants irréguliers et des demandeurs d'asile aux pays par lesquels ils sont entrés, une règle inapplicable en situation d'afflux massifs. L'ancien Premier ministre luxembourgeois a rappelé l'Europe à son histoire et aux exodes vécus par ses peuples : Roms, Sintis, Juifs avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, Hongrois après l'insurrection de 1956, Tchèques du printemps de Prague en 1968, Irlandais fuyant la misère aux Etats-Unis. "Vingt millions de personnes d'origine polonaise vivent en dehors de la Pologne", a-t-il ajouté alors que les pays d'Europe centrale s'estiment moins concernés que leurs partenaires par le problème des réfugiés. "En tant qu'Européens, nous ne devons jamais oublier pourquoi le droit d'asile est un des droits les plus fondamentaux", a-t-il affirmé. "Il est vrai que nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde", a-t-il ajouté en reprenant une phrase célèbre de Michel Rocard, qui la regretta par la suite. "Mais soyons honnêtes, bien qu'il y ait un afflux sans précédent de réfugiés, ils ne représentent que 0,11% de la population de l'UE." Près de 500.000 demandeurs d'asile seraient arrivés sur le territoire de l'UE depuis le début de l'année. Il a rappelé qu'à contrario, les pays voisins de l'Irak et de la Syrie, Turquie, Liban, Jordanie, Egypte, bien plus pauvres que les Etats de l'Union européenne, accueillaient quatre millions de réfugiés. (Edité par Yves Clarisse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4314275
    09 septembre13:51

    Que se passe-t-il pour les pays de l'UE réticents à tout accueil ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.