1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Turquie-Le PKK souhaite une médiation internationale
Reuters03/11/2014 à 13:03

VIENNE, 3 novembre (Reuters) - Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) souhaite une médiation internationale, par exemple des Etats-Unis, pour relancer le processus de paix entamé avec les autorités turques, dit l'un de ses chefs de file dans un entretien publié lundi par le quotidien autrichien Der Standard. Cemil Bayik, membre fondateur et plus haut dirigeant du mouvement séparatiste en liberté, y accuse à nouveau Ankara de mener une guerre par procuration contre les Kurdes de Syrie en soutenant les mouvements islamistes qui les combattent dans le Nord. "Il ne peut y avoir de solution militaire, elle doit donc être politique", souligne-t-il. "Nous avons désormais atteint le stade ou quelque chose doit changer. C'est pourquoi nous suggérons qu'une tierce partie observe ce processus. Ce pourrait être les Etats-Unis. Il pourrait également s'agir d'une délégation internationale. "Nous avons besoin d'un médiateur, d'observateurs. Nous accepterions qu'ils soient Américains", poursuit Cemil Bayik. A l'instar de la Turquie et de l'Union européenne, les Etats-Unis considèrent le PKK comme une organisation terroriste. Cemil Bayik a menacé à la mi-octobre de rompre le cessez-le-feu proclamé en mars 2012 faute d'un geste de la Turquie en faveur des kurdes de Kobani, ville du nord de la Syrie assiégée depuis la mi-septembre par l'Etat islamique. Ankara a depuis autorisé des peshmergas irakiens à s'y rendre. Cent cinquante d'entre eux sont entrés samedi soir dans la bataille. ID:nL6N0SS0OP (Michael Shields, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer