1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Turquie : Davutoglu, nouvelle "victime" de l'autoritaire Erdogan
Le Point07/05/2016 à 16:55

Les rumeurs allaient bon train ces derniers jours : le couple exécutif turc battrait de l'aile. Mercredi, une intrigante réunion de près de deux heures entre le président Erdogan et son Premier ministre, Ahmet Davutoglu, finissait d'alimenter les incertitudes. Et c'est finalement hier que la nouvelle est tombée. À la sortie d'une réunion de son parti, l'AKP (à la tête du pays depuis 2002), le visage sévère, le chef du gouvernement a annoncé la tenue le 22 mai prochain d'un congrès exceptionnel de la formation islamo-conservatrice dont il est le chef.

Un congrès où « Hoca » (le sage, comme l'appellent ses proches) ne représentera pas sa candidature, a-t-il déclaré jeudi. Sans les rênes de l'AKP, c'est aussi le costume de Premier ministre qu'Ahmet Davutoglu consent à abandonner. Une annonce que beaucoup en Turquie sentaient pourtant venir. En effet, si, dans les rangs du parti conservateur, on ne disait mot, les médias turcs, eux, se sont chargés de faire passer le message. Et du côté de la presse proche du président Erdogan, on ne mâchait pas ses mots. « Laissez-moi être honnête, la situation n'est plus tenable avec M. Ahmet Davutoglu. L'AKP doit se trouver une nouvelle voie », clamait ainsi à la télé, il y a quelques jours de cela, l'éditorialiste Nasuhi Güngör, proche du chef de l'État. Une déclaration sans ambiguïté qui vaudrait au journaliste de faire l'objet d'une enquête : certaines vérités ne seraient pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer