1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Tunisie : Mehdi Jomâa est le nouveau Premier ministre

Le Parisien10/01/2014 à 18:08

Tunisie : Mehdi Jomâa est le nouveau Premier ministre

Mehdi Jomâa, 51 ans, a été officiellement nommé vendredi nouveau Premier ministre de la Tunisie. Il a été chargé de former un cabinet d'indépendants et conduire le pays vers des élections cette année. Après la démission du Premier ministre islamiste Ali Larayedh jeudi, le président Moncef Marzouki a chargé, comme le veut la procédure, le chef du parti islamiste Ennahda, majoritaire à la Constituante, Rached Ghannouchi, de lui soumettre une candidature. La désignation de Mehdi Jomaâ, ministre sortant de l'Industrie et méconnu du public, est acquise, en réalité, depuis la mi-décembre à la suite d'un accord entre l'opposition et les islamistes au pouvoir. Le successeur de Larayedh aura donc 15 jours pour présenter son équipe. Il devra ensuite obtenir la confiance de l'Assemblée nationale constituante (ANC).

Un terrain miné pour le nouveau premier Ministre

Après des mois d'imbroglio et de batailles politiques, le départ d'Ali Larayedh a été accueilli avec soulagement par la presse, qui soulignait aussi que le futur Premier ministre arrivait en terrain miné, en particulier sur le plan social. L'ancien chef du gouvernement a ainsi suspendu jeudi une série de nouvelles taxes sur les transports ayant déclenché une vague de protestations violentes dans le pays, en particulier dans les régions intérieures déshéritées, moteurs de la révolution de 2011.

Autre chantier important aux yeux des Tunisiens, Jomaâ hérite d'une économie en berne, avec un taux de croissance inférieur à 3% en 2013 et insuffisant pour endiguer le chômage endémique, facteur au coeur de la révolution de 2011. Il devra aussi faire face à la menace jihadiste, qui déstabilise le pays par intermittences depuis la révolution, tout en assurant les conditions pour la tenue d'élections libres dans un climat de méfiance.

«Le plus dur vient de commencer», prévient ainsi Le Quotidien, pour qui Jomaâ hérite d'un «cadeau empoisonné». «Des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer