1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tunisie : les islamistes mobilisent pour défendre le gouvernement
Le Parisien04/08/2013 à 13:29

Tunisie : les islamistes mobilisent pour défendre le gouvernement

Le parti Ennahda a revendiqué dans la nuit de samedi à dimanche quelque 200 000 manifestants place de la Kasbah à Tunis, où se situe le siège du gouvernement. Ils défendent la légitimité du parti islamiste au pouvoir alors que le pays traverse une crise politique due à l'assassinat de l'opposant Mohamed Brahmi, le 25 juillet, attribué à des jihadistes. Ce rassemblement intervient également au moment où l'armée a engagé une vaste opération à la frontière algérienne, au mont Chaambi, contre des combattants jihadistes responsables d'une attaque qui a coûté la vie à huit militaires.

«Ceux qui ont cru que le scénario égyptien pouvait être répété ici ont tout faux. La Tunisie a été une inspiration avec sa révolution, et elle ne va pas importer un coup d'Etat», déclare le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, en référence au renversement du président égyptien Mohamed Morsi par l'armée le 3 juillet dernier.

Le Premier ministre refuse de démissionner. Quelques heures plus tôt, le Premier ministre Ali Larayedh avait une nouvelle fois rejeté les appels à sa démission et à la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC), revendications clés de l'opposition. Il propose, pour résoudre la crise, d'élargir son gouvernement et d'organiser des élections le 17 décembre. «Il faut que l'opposition arrête de remettre en cause le gouvernement, c'est le seul moyen d'achever la transition démocratique», juge Mohamed Hamrouni. un étudiant de 25 ans venu manifester. L'adoption d'une nouvelle constitution est paralysée depuis des mois faute d'un consensus à l'ANC si bien que la Tunisie ne dispose pas d'institutions pérennes, deux ans et demi après la révolution de janvier 2011.

L'opposition annonce un rassemblement le 6 août. Du côté de l'opposition, ils sont quelques milliers à continuer de manifester chaque nuit. Les détracteurs d'Ennahda ont annoncé préparer un grand rassemblement le 6 août avec les mêmes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer