1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Tsipras en quête d'un allègement de la dette grecque

Reuters13/06/2015 à 18:57

* Les négociateurs d'Athènes de retour à Bruxelles * Varoufakis espère que l'UE bluffe sur le scénario d'un défaut de paiement * Un allègement de la dette inacceptable pour Berlin par Renee Maltezou et Jan Strupczewski ATHENES/BRUXELLES, 13 juin (Reuters) - Alors que les négociations doivent reprendre ce samedi à Bruxelles, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'est dit prêt à accepter des compromis douloureux pour parvenir à un accord avec les créanciers d'Athènes à condition d'obtenir en retour un allègement de la dette, qu'exclut l'Allemagne. Sans cela, a-t-il dit à ses ministres qui sont arrivés samedi à Bruxelles avec de nouvelles propositions, il n'acceptera aucun accord avec l'Union européenne et le FMI qui isolerait son pays du reste de l'Europe. "Si nous avons une solution viable, quelle que soit la difficulté des compromis, nous porterons ce fardeau parce que les seuls critères consistent à sortir de la crise et des plans de sauvetage", a-t-il dit vendredi soir, selon un responsable du gouvernement, aux ministres envoyés à Bruxelles pour reprendre les négociations. L'expression de "solution viable" renvoie à sa demande d'annuler une large part de la dette accumulée par la Grèce (qui représente 175% de son PIB), une condition qu'il juge vitale pour remettre l'économie grecque sur pied après cinq années de récession. (voir ID:nL5N0YU1MB ) Mais l'idée d'un effacement partiel de la dette grecque est catégoriquement rejetée par l'Allemagne, principal pays contributeur des 240 milliards d'euros d'assistance financière accordée à la Grèce depuis 2010 en échange de mesures d'austérité et dont la dernière tranche, de 7,2 milliards, reste à débloquer. A Berlin, le ministère allemand des Finances a du reste démenti samedi que ses services travaillaient sur un projet visant à organiser une restructuration systématique de la dette pour tous les pays qui deviendraient insolvables. Le magazine Der Spiegel rapportait que le ministre des Finances Wolfgang Schäuble avait demandé à ses services de plancher sur un projet de système de restructuration de la dette pour les pays insolvables afin d'assurer leur maintien dans la zone euro. "Ces informations sont erronées", a commenté un porte-parole du ministère des Finances. "Nous concentrons entièrement nos efforts sur la résolution de l'actuelle crise grecque dans le cadre du programme d'aide en cours", a-t-il ajouté. "L'ALLÈGEMENT DE LA DETTE N'EST PAS UNE OBSESSION" La Grèce doit trouver un terrain d'entente avec ses bailleurs de fonds avant le 30 juin, date de l'expiration du plan d'aide international en cours et d'une échéance de 1,6 milliard d'euros de dettes à régler au FMI. Le porte-parole du gouvernement grec, Gabriel Sakellaridis, a fourni davantage de détails sur l'état des négociations, suspendues jeudi soir avec le départ abrupt des négociateurs du FMI et le retour de l'équipe grecque à Athènes. "Notre gouvernement cherche une solution qui intégrera un allègement de la dette, des excédents primaires (ndlr, le solde budgétaire avant service de la dette) bas, aucune réduction de salaire et de retraite, un paquet sur l'investissement et une relance de l'économie", a-t-il dit au quotidien Agora. "L'allègement de la dette n'est pas une obsession idéologique ou une mesure symbolique mais une condition nécessaire pour soulager le peuple et relancer l'économie", a-t-il ajouté. Du côté de l'Union européenne, des sources européennes ont prévenu vendredi que la question d'un possible défaut de paiement de la Grèce avait été officiellement évoquée pour la première fois lors d'une réunion jeudi soir de représentants du groupe de travail à Bratislava. "Pour la première fois, il y a eu une discussion sur un 'plan B' pour la Grèce", a précisé une de ces sources. Dans l'éventualité d'un défaut de paiement, une première dans la zone euro, Athènes serait sans doute contraint de mettre en oeuvre des mesures de contrôle des capitaux et de limiter les retraits bancaires pour éviter un mouvement de panique. (voir ID:nL5N0YY2EU ) Mais Sakellaridis a rejeté un tel scénario. "Le système bancaire grec est solide et solvable, ce qui est démontré chaque jour. Toutes les autres théories font simplement partie de la négociation, sont une forme de pression", a-t-il dit. Interrogé sur l'antenne de la BBC, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, éloigné des négociations par Tsipras, a affirmé ne pas croire que les partenaires européens de la Grèce laisseraient son pays sortir de la zone euro. "Je ne pense pas qu'il y ait un seul responsable européen sensé qui souhaite prendre ce risque", a-t-il affirmé. Interrogé pour savoir s'il estimait que l'Union européenne et le Fonds monétaire international "bluffaient" dans les négociations, il a ajouté: "J'espère que c'est le cas." (avec Costas Pitas à Londres; Pierre Sérisier et Henri-Pierre André pour le service français)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M9700920
    13 juin21:05

    La Grèce doit être exclue de la zone Euro immédiatement contrairement à ce que nous racontent les politiciens de tout poils, la zone euro s'en portera mieux.Et cela nous évitera de payer pour ce peuple de fonctionnaires profiteurs!!!

    Signaler un abus

  • 445566ZM
    13 juin20:06

    Allegement de la dette grecque ? Je viens de lire dans "Investir" que le Conseil d'Etat grec décide d'annulerles coupes des pensions des retraités décidées en 2012; leur rétablissement coûterait entre 0,8 et 1,2 %du PIB. Ils se moquent vraiment de l'Europe.

    Signaler un abus

  • M8637171
    13 juin19:11

    Nos hommes politiques, avec l'aide des banques qui leur achètent leurs obligations, ont endetté et continue d'endetter leur pays pour payer à crédit les fonctionnaires, les élus et leurs clientèles électorales. Cela doit cesser. La BCE joue un jeu dangereux car elle s'est substituée aux banques privés. Cela ne peut durer sans réformes de structures dans tous les pays de la zone euro.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.