1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Trump veut supprimer la loi qui sépare églises et politique
Reuters03/02/2017 à 03:45

    WASHINGTON, 3 février (Reuters) - Donald Trump a promis 
jeudi d'affranchir les églises d'une loi de 1954 qui leur 
interdit toute activité politique, une mesure susceptible de 
donner des gages aux chrétiens évangéliques qui ont contribué à 
son élection à la Maison blanche. 
    Dans un discours à des responsables politiques, des 
dirigeants religieux ainsi que des invités internationaux, dont 
le Roi Abdullah de Jordanie, Donald Trump a estimé en outre que 
la plupart des pays du monde tiraient avantage des Etats-Unis. 
    Le président américain a ensuite attaqué la disposition 
législative qui sépare domaine politique et religieux, instaurée 
par l'amendement Johnson en 1954.  
    La loi interdit aux organisations exonérées d'impôt -- les 
églises et autres lieux de culte, les organismes de charité et 
les établissements d'enseignement -- de participer, directement 
ou indirectement, à des campagnes politiques en faveur (ou en la 
défaveur) d'un candidat politique. 
    "Je vais me débarrasser de l'amendement Johnson, le détruire 
totalement et permettre à nos représentants de culte de parler 
librement et sans crainte des représailles. Je vais le faire, 
retenez bien ça", a-t-il déclaré. 
    Pendant sa campagne, Trump s'est exprimé contre 
l'amendement, une promesse qui avait attiré le soutien des 
chrétiens évangéliques.  
    La suppression de l'amendement Johnson est réclamée de 
longue date par les conservateurs chrétiens, qui l'estiment 
contraire à la liberté d'expression et à la liberté de culte 
garanties par le Premier amendement de la Constitution 
américaine. 
    Les représentants républicains ont introduit mercredi à la 
Chambre un projet de loi qui pourrait conduire à l'abrogation de 
l'amendement, à condition d'obtenir l'aval du Congrès. 
    Après les propos de Trump, le président républicain de la 
Chambre des représentants, Paul Ryan, a dit à des journalistes 
avoir "toujours soutenu" la suppression de l'amendement Johnson. 
    Plusieurs associations, dont le groupe "Americans United for 
Separation of Church and State" ont exprimé leur inquiétude. 
    "Le président Donald Trump et ses alliés de la droite 
religieuse cherchent à faire des lieux de culte de l'Amérique 
des comités d'action politique miniatures", estime le directeur 
du groupe, Barry Lynn. 
    "Certains lieux de culte vont se concentrer sur le soutien à 
des candidats en échange d'aides financières et autres. Ce 
serait un désastre tant pour les églises que pour la politique 
en Amérique", poursuit-il. 
     
 
 (Jeff Mason et Roberta Rampton; Julie Carriat pour le service 
français) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ecerutti
    03 février08:27

    C'est fou !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer