Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Trop tôt pour débattre de la fin de l'aide d'urgence de la BCE, selon Lagarde
information fournie par Reuters14/06/2021 à 10:05

ECB President Lagarde attends a plenary session at the European Parliament in Brussels

ECB President Lagarde attends a plenary session at the European Parliament in Brussels

FRANCFORT (Reuters) - L'économie de la zone euro est à un tournant mais la reprise doit être ferme et durable avant que ne soit lancé le débat sur la fin de l'aide d'urgence de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré la présidente de l'institution, Christine Lagarde, dans une interview accordée lundi à Politico.

La BCE s'est engagée la semaine dernière à maintenir un rythme élevé d'achats d'obligations afin de garder les coûts d'emprunt à un niveau faible. Ses décideurs politiques n'ont en outre pas abordé la question d'une baisse du soutien de l'institution même en cas de rebond plus rapidement que prévu de l'économie.

"Je ne dirais pas que le Programme d'urgence face à la pandémie (PEPP) va s'arrêter le 31 mars", a déclaré Christine Lagarde au site d'informations. "Nous avons une grande marge de manoeuvre, mais en termes de perspectives économiques, nous allons dans la bonne direction", a-t-elle poursuivi.

"Il est beaucoup trop tôt pour débattre de ces questions", a-t-elle ajouté, faisant référence aux achats de titres réalisés dans le cadre du PEPP, qui est doté d'une enveloppe de 1.850 milliards d'euros, et qui devrait durer au moins jusqu'au 31 mars ou jusqu'à la fin de la phase de crise liée à la pandémie.

Les économistes s'attendent à ce que la BCE commence à discuter de la fin du PEPP lors de sa réunion de septembre. La plupart des observateurs de la BCE interrogés par Reuters ne s'attendent pas à ce que le PEPP soit élargi et prolongé à nouveau.

Ils estiment que la BCE est davantage susceptible d'opter à la place pour son classique programme d'achats d'actifs, qui devrait rester en place indéfiniment car l'inflation devrait demeurer en dessous de l'objectif de l'institution dans les années à venir.

"Nous sommes à un tournant, tout en gardant à l'esprit les variants (du virus), nous sommes sur cette voie de la reprise, nous dirigeant fermement vers un retour au niveau d'avant COVID-19", a noté Christine Lagarde.

(Balazs Koranyi; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aerosp
    14 juin12:13

    grande économiste de pacotille