1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Trois médecins africains reçoivent un traitement contre Ebola
Reuters17/08/2014 à 04:10

MONROVIA, 17 août (Reuters) - Trois médecins ayant contracté la fièvre Ebola ont reçu des doses du traitement expérimental ZMapp au Liberia, apprend-on de source médicale à Monrovia. Avec 413 cas répertoriés, le Liberia est le pays d'Afrique de l'Ouest qui souffre du plus grand nombre de personnes infectées. Les médecins Zukunis Ireland et Abraham Borbor du Liberia et le Dr Aroh Cosmos Izchukwu du Nigeria sont les premiers Africains à recevoir le traitement, qui a été déjà été administré à deux travailleurs humanitaires américains et à un prêtre espagnol. Tous avaient auparavant travaillé dans des hôpitaux au Liberia Depuis, la santé des Américains s'est améliorée mais le prête espagnol est décédé. Le traitement des trois médecins a commencé jeudi soir, a précisé Dr Billy Johnson, responsable médical du centre médical John F. Kennedy à Monrovia où deux des médecins travaillaient avant de contracter la maladie. Une deuxième personne travaillant dans le domaine de la santé au centre Elwa, qui accueille les médecins malades, a confirmé que les trois en étaient à leur troisième jour de prise du traitement, dont la durée totale sera de six jours. Environ 90% des personnes atteintes de fièvre Ebola en meurent, soit un taux de décès si élevé que le Centre américain pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC) a classé la maladie en catégorie A ("agent de terrorisme biologique). Pour l'épisode actuel, le taux de décès est proche de 60%. La présidente du Liberia Ellen Johnson-Sirleaf a déclaré l'état d'urgence en raison de la maladie. (Clair MacDougall avec Emma Farge à Dakar; Danielle Rouquié pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer