Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

-Trois banques grecques ont recours à un fonds d'urgence

Reuters 03/02/2015 à 15:41

par George Georgiopoulos ATHENES, 3 février (Reuters) - Trois des quatre principales banques grecques ont commencé à puiser dans le fonds d'urgence de la Banque de Grèce, l'importante des retraits de leurs clients ayant réduit leur niveau de liquidités, ont dit à Reuters deux sources proches du dossier. La détérioration de leurs conditions de liquidité avant les élections législatives anticipées du 25 janvier a amené la banque centrale grecque à demander à la Banque centrale européenne (BCE) d'autoriser cette ligne de crédit d'urgence ("emergency liquidity assistance", ELA) pour les quatre principaux établissements du pays: la Banque nationale NBGr.AT , la Banque du Pirée BOPr.AT , Alpha ACBr.AT et Eurobank EURBr.AT . La BCE a donné son feu vert le 21 janvier et les trois banques ont pu ainsi emprunter quelque deux milliards d'euros auprès de la banque centrale grecque, ont ajouté les sources sans dire de quelles banques il s'agissait. La BCE a donné son feu vert à une utilisation de fonds d'urgence pendant deux semaines et doit faire un point sur la situation mercredi, lors d'une réunion qui s'annonce tendue. La Bundesbank allemande critique le recours à l'ELA au motif qu'il revient à soutenir le gouvernement en permettant d'absorber ses émissions de dette à court terme qui autrement auraient du mal à trouver preneur, du moins à ce prix. Eurobank et Alpha ont demandé à pouvoir puiser dans le fonds à titre de précaution après une hausse des retraits de leurs clientèles dans les jours précédant le scrutin, remporté haut la main par le parti Syriza de la gauche radicale. Les retraits ont continué depuis les élections même si des banquiers ont fait état d'un ralentissement du mouvement cette semaine. Les banques grecques avaient recouru aux fonds d'urgence au plus fort de la crise de la dette en 2012 mais elles avaient ensuite remboursé ces prêts. Leur nouvelle crise de liquidité provient tant des retraits des clients que de la fermeture de lignes de crédit interbancaires en raison des incertitudes nées des élections. La responsabilité de l'ELA incombe à la banque centrale grecque mais les autres banques nationales peuvent s'y opposer si elles dégagent une majorité au conseil des gouverneurs de la BCE. Ce scénario paraît cependant peu probable, selon les sources, et les banques grecques devraient pouvoir continuer de se financer même après l'expiration du plan d'aide internationale à la fin du mois du moment que le gouvernement reste engagé dans des négociations sur son programme de réformes. Cela devrait éliminer la menace immédiate d'une sortie de la zone euro, tout en maintenant la pression sur le nouveau gouvernement pour qu'il parvienne à un accord avec ses créanciers. L'ELA requiert soit un accord sur un programme de réformes, soit la perspective d'un tel accord. "Je pense qu'il y aura un accord et que la Grèce prendra plus de temps pour présenter son programme", a dit une des sources qui a ses entrées au gouvernement et à la banque centrale. "Si cela suppose deux mois, ou trois au maximum, alors les banques grecques pourront utiliser la facilité ELA." La Bundesbank s'inquiète que ces financements puissent servir à l'achat de bons du Trésor afin de couvrir les besoins de financement de l'Etat. Les banques pourraient ensuite utiliser cette dette à court terme comme collatéral pour demander d'autres liquidités à la banque centrale. Il existe un plafond de 15 milliards d'euros sur la détention de cette dette à court terme mais Athènes a demandé à la Commission européenne de relever cette limite de 10 milliards, a rapporté mardi le journal Kathimerini. Après avoir plongé dans la foulée de la victoire du parti anti-austérité Syriza aux élections législatives organisées il y a dix jours, les actions des banques grecques remontent fortement depuis quatre séances, entraînant la Bourse d'Athènes .ATG dans leur sillage. ID:nL6N0VD1QQ (Benoit Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.