Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Trente ans en appel pour le meurtrier de Valentin

Reuters23/11/2013 à 00:02

TRENTE ANS DE PRISON POUR LE MEURTRIER DU PETIT VALENTIN

LYON (Reuters) - La cour d'assises du Rhône a reconnu vendredi soir Stéphane Moitoiret, 44 ans, meurtrier du petit Valentin, responsable de ses actes et l'a condamné à trente ans de réclusion avec rétention de sécurité des deux tiers.

Sa compagne, Noëlla Hégo, 53 ans, mystique délirante, a en revanche été acquittée du chef de complicité. Elle a toutefois été reconnue coupable de tentative d'enlèvement d'enfant dans une autre affaire remontant à 2006 et condamnée à cinq ans dont un avec sursis. Elle devrait être rapidement libérée.

La cour d'assises du Rhône, qui jugeait en appel ces deux marginaux a allégé le verdict prononcé en décembre 2011 par la cour d'assises de Bourg-en-Bresse qui avait condamné à perpétuité Stéphane Moitoiret seul.

Jeudi, Jean-Paul Gandolière, l'avocat général de la cour d'assises du Rhône, qui avait déjà requis en décembre 2011 à Bourg-en-Bresse avait demandé à la cour de reconnaître les deux accusés responsables de leurs actes et de les condamner respectivement à 30 et 18 ans de réclusion.

Au terme de deux semaines de procès qui ont vu défiler une dizaine d'experts psychiatres appelés à se déterminer sur la santé mentale des deux routards, les jurés ont penché en faveur de "l'altération" du discernement de Stéphane Moitoiret, ce qui a permis de lui infliger une condamnation pénale.

Ils n'ont manifestement pas été sensibles aux arguments d'une partie des psychiatres qui les ont décrits comme "un couple de deux grands malades mentaux".

Roksana Nassezadeh avait demandé l'acquittement de sa cliente Noëlla Hégo, considérant qu'elle n'avait en rien influencé le geste de son compagnon de route. Une position partagée par la plupart des psychiatres.

DÉNI MALGRÉ L'ADN

Les avocats de Stéphane Moitoiret, qui reconnaissent la culpabilité de leur client, ont tenté de convaincre les jurés que ce schizophrène serait moins nuisible pour la société dans un hôpital psychiatrique que derrière les barreaux d'une prison.

"En France, même avec une peine de sûreté on sort un jour de prison", a rappelé maître Hubert Delarue, "alors qu'on ne sort pas d'une UMD (Unité pour Malade Difficile), sauf pour y être enterré au cimetière".

"Le sort qu'on lui promet, nous, sera pire que celui que vous réclamez monsieur l'avocat général", a-t-il lancé en direction du parquet. "Personne, dans cet UMD, ne prendra le risque de le laisser sortir un jour".

Une façon de répondre à Gilbert Collard, avocat de Véronique Crémault, mère du petit Valentin, qui a rapporté ses craintes: "Elle a peur que s'il va à l'hôpital, un jour, les médecins considèrent qu'il est guéri et le libère".

Son confrère Franck Berthon a renchéri en rappelant le cas de ce détenu cannibale, également schizophrène, qui avait dévoré son voisin de cellule. "Vous êtes les otages d'une vengeance judiciaire parce qu'un jour un garde des sceaux a déclaré: "Même fou, il sera jugé", a renchéri maître Franck Berton.

Maître Hubert Delarue, l'un des avocats de Stéphane Moitoiret, a regretté hier soir ce verdict, considérant que l'on venait "à Lyon, de criminaliser la folie". "C'est un mauvais présage pour l'institution judiciaire" a-t-il commenté. Il a confié que son client, lui était "content, car la cour avait considéré qu'il n'était pas fou".

Il s'est également inquiété de la peine prononcée au regard de la dangerosité de Moitoiret: "Il ne lui reste qu'une dizaine d'année à purger avant de retrouver la liberté". Lui avait plaidé en faveur d'une hospitalisation en UMD.

Stéphane Moitoiret, qui nie avoir porté les coups mortels malgré les traces ADN qui l'accable, a indiqué avant que le cour ne se retire pour délibérer: "Quand quelqu'un doit mourir, on ne peut rien y faire".

Valentin Crémault, 11 ans, avait été retrouvé mort, dans une mare de sang, à côté de son vélo, dans la nuit du 28 juillet 2008. Les légistes avaient dans un premier temps pensé que l'enfant avait été attaqué par un animal.

Mais après les descriptions données par plusieurs témoins, des bandes de vidéo surveillance, et la découverte d'un ADN mêlé à celui de l'enfant, le couple de vagabonds avait été interpellé sur les routes d'Ardèche quelques jours après le drame.

Catherine Lagrange, édité par Eric Faye

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.