1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Travestie, juridique, ratée : trois séries d'été

Le Monde24/07/2018 à 06:37

« My House », docu-série créée par Viceland.

Chaque mardi, « La Matinale » vous propose une sélection de séries à (re)découvrir sur petit écran.

LES CHOIX DE LA MATINALE Fin de mois en demi-teinte côté séries. Les curieux découvriront My House, une télé-réalité immergée dans les bals LGBT d'aujourd'hui. Ceux qui préfèrent les valeurs sûres apprécieront la saison 2 de The Good Fight. Quant aux fans de Holly Hunter et Tim Robbins, ce sont probablement les seuls qui apprécieront Here and Now, la dernière création - de courte durée - d'Alan Ball.

« My House » : immersion dans la culture « balls »

Alors que Pose, la série de Ryan Murphy, voit son huitième et dernier épisode diffusé cette semaine sur Canal+ séries (avant une deuxième saison confirmée pour 2019), une autre série située dans le même milieu des balls (« bals ») de la communauté LGBTQ new-yorkaise est produite et diffusée par Viceland - hélas non accessible en France, bien que le site Internet y annonce sa disponibilité prochaine.

Si Ryan Murphy fait une œuvre de fiction très documentée sur ces lieux où les gays, travestis ou non, et les personnes transgenres, trouvaient un havre de paix et de créativité dans les années 1980, My House est une série de télé-réalité immergée dans les bals d'aujourd'hui. Mais la concomitance de leur diffusion dit que, décidément, cette scène artistique est dans l'air du temps, largement illustrée déjà par la compétition pour transformistes de RuPaul Charles, RuPaul's Drag Race, dont la dixième saison s'est achevée le 28 juin (et dont quelques-unes des saisons passées sont disponibles sur Netflix).

On pourra aiguiller égalemen...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer