1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Travail de nuit dans les commerces alimentaires : le gouvernement temporise, les syndicats restent sur leurs gardes
Boursorama avec AFP Services14/11/2019 à 09:54

Alors que le gouvernement a annoncé mardi 12 novembre une concertation sur la question explosive du travail de nuit dans le commerce alimentaire, le sécrétaire général de la fédération CGT du commerce et des services a déploré mercredi matin sur Franceinfo que c'étaient les populations les plus précaires qui allaient en pâtir.

Un supermarché Casino ouvert 24h/24h et 7 jours sur 7 à Lyon, le 15 mars 2019. ( AFP / ROMAIN LAFABREGUE )

Le gouvernement a décidé de temporiser sur le sujet explosif du travail de nuit dans les commerces alimentaires, en annonçant mardi 12 novembre une concertation au lieu de l'article contesté qui devait être présenté ce mercredi en Conseil des ministres.

Cet article avait soulevé dans sa première rédaction un tollé des syndicats. Il proposait de permettre aux supermarchés et autres supérettes d'ouvrir de 21h à minuit en bénéficiant de dérogations aux règles du travail de nuit accordées à des secteurs comme le spectacle, le cinéma ou les discothèques. Actuellement, seuls les commerces alimentaires dépendant des zones touristiques internationales (ZTI) peuvent ouvrir en soirée, à des conditions bien précises : une rémunération double, un strict volontariat et un repos compensateur équivalent, ainsi que des contributions à la garde d'enfants et au trajet de retour tardif.

Or, dans sa première mouture, l'article imposait simplement de conclure un accord d'entreprise ou une convention ou accord de branche, avec des contreparties en temps de repos pour les heures travaillées en soirée, mais sans rendre obligatoire une compensation financière. Devant le tollé syndical, le ministère du Travail avait revu sa copie et proposait un alignement "vers le haut" des règles pour les commerces alimentaires sur celles des zones touristiques internationales (ZTI). Mais ainsi rédigé, l'article "ne plaît pas au patronat", et a finalement été retiré mardi matin du projet de loi, selon Olivier Guivarch, de la CFDT Services.

"Est-ce qu'il y a nécessité d'acheter un poireau à minuit?"

Finalement, le Conseil des ministres va simplement habiliter le gouvernement à prendre par ordonnance dans un délai de 18 mois "toute mesure nécessaire afin d'adapter la législation applicable en matière de travail de nuit" pour les commerces de détail à dominante alimentaire. Les syndicats en doutent, soulignant qu'ils "n'étaient pas demandeurs" d'un assouplissement du travail de nuit .

"La concertation, on aurait dû l'avoir il y a quelques mois", a déploré mercredi sur Franceinfo Amar Lagha, secrétaire général de la fédération CGT du commerce et des services. "Alors que le gouvernement prône le dialogue social, ces amendements ou ces décrets nous les avons découverts en même temps que tout le monde", poursuit-il. "On ne sait pas de quoi on va parler", a regretté Amar Lagha. Pour lui, ce sont encore les salariés précaires qui vont en payer le prix fort. "80% des salariés ne veulent pas travailler la nuit. Quand vous fermez un magasin à minuit, les salariés quitteront leur magasin à partir de 00h30. Le temps qu'ils rentrent chez eux il sera une heure ou deux du matin. On pense que cette manière de faire est là pour précariser nos salariés." "Est-ce qu'il y a nécéssité d'acheter un poireau à minuit?", s'est-il insurgé.

"Le gouvernement répond à un lobbying de la grande distribution", a de son côté estimé mardi Carole Desiano, secrétaire fédérale FO-FGTA, pour qui "derrière l'offensive sur le travail de nuit et le dimanche, il y a l'automatisation des caisses et les menaces sur l'emploi". "Le travail de nuit, nuit!", s'est exclamé la CFTC, qui rappelle "les risques accrus" pour la santé. "Outre les perturbations biologiques, travailler le soir c'est souvent sacrifier la vie familiale et le lien social", souligne le syndicat.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pa69337
    14 novembre10:43

    Le "client", le "consommateur", cet être supérieur qui à droit à tout ! A pouvoir acheter son pot de cornichon à 3H du mat, a faire son shopping chez IKEA le Dimanche, à aller acheter son nouveau smartphone un jour férié ... C'est vrai après tout il ne fait de mal à personne, il se dévoue même pour faire tourner l'économie, l'Alpha et l'Omega ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer