Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Transparency épingle la France sur le lobbying

Reuters21/10/2014 à 21:56

PARIS, 21 octobre (Reuters) - La France, à la traîne pour l'encadrement du lobbying, n'est créditée que d'une note de 27% en la matière par l'organisme Transparency International dans un rapport publié mardi. Les relations entre les groupes de pression ou d'intérêt, les responsables politiques et les décideurs publics ne sont régulées en France que par deux dispositifs différents à l'Assemblée nationale et au Sénat, déplore l'association. Pour le reste, le système français se caractérise par "la quasi absence de règles dans les autres lieux" de décision et par des codes de conduite hétérogènes selon les catégories d'acteurs publics, ajoute-t-elle. Au total, la France ne satisfait que 27% des éléments pris en compte par Transparency International pour évaluer la transparence et l'intégrité de ces activités. Or le lobbying joue un rôle croissant dans l'élaboration des décisions publiques et si ces activités ne sont pas en soi une mauvaise chose, elles peuvent être sources de dérives, fait valoir cette organisation non gouvernementale. "Dans un contexte de fortes tensions sur les budgets publics, de confiance dégradée envers les décideurs publics et les acteurs économiques, il est aujourd'hui essentiel de clarifier les relations entre décideurs publics et représentants d'intérêts dans l'ensemble des lieux où se forgent les décisions publiques", estime Anne-Marie Ducroux, administratrice de Transparency International France, dans un communiqué. Une étude financée par la Commission européenne et comparant les études menées dans 19 pays sera publiée début 2015. MEDIATOR ET FINANCE La France fait figure de mauvais élève dans tous les domaines, tant en termes de traçabilité des décisions publiques que d'intégrité et d'équité d'accès des différents représentants d'intérêts aux décideurs, souligne Transparency. L'ONG cite notamment l'affaire du Mediator, qui a "illustré des pratiques de lobbying irresponsables et opaques, niant intérêt général et santé publique, ainsi que les dérives du lobbying qu'il convient de prévenir par un cadre suffisant." Ce scandale sanitaire fait l'objet d'une instruction au pôle santé du tribunal de grande instance de Paris, dont les juges ont mis en examen une trentaine de personnes physiques et morales, parmi lesquelles l'Agence du médicament (ANSM). Le Mediator, retiré du marché en 2010 après plus de vingt ans de commercialisation, pourrait être responsable de 220 à 300 décès à court terme. Les laboratoires Servier, qui l'ont commercialisé, sont soupçonnés d'avoir dissimulé la vraie nature du médicament, un coupe-faim présenté comme antidiabétique. L'organisation décrit également le lobbying intensif mené dès la campagne présidentielle de 2012 auprès de l'entourage de François Hollande après le discours du Bourget, dans lequel il avait dénoncé dans la finance son principal adversaire. Il s'agissait alors notamment de le convaincre de renoncer à remettre en cause le modèle des "banques universelles", au motif que la séparation des activités bancaires et de marché nuirait à la compétitivité des banques et à la souveraineté de la France. Selon les partisans d'une stricte séparation, la proximité entre monde de la finance et administration du Trésor est "la principale explication du décalage entre l'objectif affiché et la loi finalement votée", note le rapport. Par ailleurs, relève Transparency, seules 162 organisations et 733 personnes représentants divers intérêts étaient recensées au 1er septembre dernier par le nouveau registre de l'Assemblée nationale. Celui du Sénat ne recensait que 97 représentants. Des chiffres à comparer aux 4.635 organisations et 15.447 personnes mentionnées en annexe de rapports parlementaires et recensées par Transparency France et l'association Regards citoyens dans une étude publiée en mars 2011. (Chine Labbé, édité par Emmanuel Jarry)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.