Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Transitions numérique et écologique: le Sénat examine un texte transpartisan
AFP12/01/2021 à 20:48

Le Sénat, à Paris, le 17 décembre 2020 ( AFP / Thomas SAMSON )

Le Sénat, à Paris, le 17 décembre 2020 ( AFP / Thomas SAMSON )

Comment concilier le développement numérique et la transition écologique ? Le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à adopter largement mardi soir en première lecture une proposition de loi transpartisane, visant à "réduire l'empreinte environnementale du numérique en France".

Porté par Patrick Chaize et Guillaume Chevrollier (LR) ainsi que Jean-Michel Houllegatte (PS) et Hervé Maurey (centriste), le texte a été cosigné par quelque 130 sénateurs de tous bords.

Les usages du numérique "explosent", une tendance qui devrait encore s'accentuer avec l'arrivée contestée de la 5G. 

Le développement du numérique est "indispensable à la transition écologique, notamment par les innovations qu'il permet dans les secteurs industriels les plus polluants, mais à ces gains sont associés des impacts" environnementaux, a souligné M. Chaize à l'ouverture des débats dans l'hémicycle, citant les émissions carbone, mais aussi les consommations d'énergie et d'eau.

A l'instar de plusieurs de ses collègues, le centriste Hervé Maurey a rappelé que le président du Sénat Gérard Larcher (LR) avait saisi le Haut conseil pour le climat sur l'impact de la 5G. "Son rapport est plutôt alarmant puisqu'il estime que cette génération de réseau entrainera une +augmentation significative+ de l'empreinte carbone du numérique", a-t-il déclaré.

Pour le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, Cédric O, "la volonté qui irrigue la proposition de loi rejoint celle du gouvernement dans le cadre de sa feuille de route interministérielle pour faire converger numérique et écologie" qui doit être présentée "début février". Il a néanmoins exprimé des "réserves" sur certains points.

Les auteurs de la proposition de loi entendent actionner quatre "leviers prioritaires".

- "Un texte novateur" -

Il s'agit en premier lieu de faire prendre conscience aux utilisateurs de l'impact environnemental du numérique. Le texte prévoit ainsi, dès le plus jeune âge, la mise en place d'une "éducation à la sobriété numérique".

Point essentiel, il vise à limiter le renouvellement des terminaux numériques, "dont la fabrication est le principal responsable de l'empreinte carbone du numérique en France ": les sénateurs proposent notamment de "sanctionner l'obsolescence logicielle". Les équipements numériques, téléphones, ordinateurs et autres équipements électroniques, représentent environ 80% de l'impact environnemental du numérique.

La proposition de loi entend encore promouvoir des usages numériques "écologiquement vertueux", en rendant notamment obligatoire "l'écoconception" des sites web, et "faire émerger une régulation environnementale" pour prévenir l'augmentation des consommations et émissions des réseaux et des centres de données.

Les sénateurs veulent en particulier demander aux opérateurs de souscrire d'ici 2023 à des engagements environnementaux pluriannuels contraignants auprès de l'Arcep, le gendarme des télécoms.

Sur certains points, le gouvernement privilégie une approche "incitative" plutôt que "contraignante", a relevé M. O, précisant que des concertations sont prévues avec les opérateurs télécoms pour accélérer le reconditionnement des téléphones, ainsi qu'avec les plateformes numériques sur la consommation des vidéos.

Selon les travaux d'une mission d'information sénatoriale, si rien n'est fait, le numérique serait à l'horizon 2040 à l'origine de 24 millions de tonnes équivalent carbone, soit environ 7% des émissions de la France, contre 2% aujourd'hui.

Une soixantaine d'amendements ont été déposés pour l'examen du texte dans l'hémicycle qui doit se poursuivre en soirée.

Le groupe écologiste, qui par la voix de Jacques Fernique a salué "un texte novateur" avec de "nombreux points forts", a proposé plusieurs dispositions pour le "renforcer". 

Plus critique, Marie-Claude Varaillas (CRCE à majorité communiste) a déclaré douter que la portée du texte "soit à la mesure des enjeux".

"Avec ce texte le Sénat fait oeuvre utile", a jugé Frédéric Marchand (RDPI à majorité radicale). L'empreinte environnementale du numérique est "aujourd'hui un sujet de société sur lequel il est temps d'arrêter une stratégie partagée, mais cette proposition de loi n'est en rien le procès du numérique ni le fruit d'une réflexion de sénateurs hors sol. Au contraire", a -t-il ajouté.

vm/ib/cbn

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer