1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Transfert d'Emiliano Sala : Nantes et Cardiff sûrs de leur bon droit
Le Parisien11/04/2019 à 17:41

Transfert d'Emiliano Sala : Nantes et Cardiff sûrs de leur bon droit

Le club gallois ne s'est toujours pas acquitté du premier versement de 6 millions d'euros (M€) à l'attention du Nantes FC, sur les 17 M€ du montant du transfert vers Cardiff d'Emiliano Sala vers Cardiff, joueur tragiquement disparu au dessus de la Manche le 21 janvier. Mi-mars, le club français a saisi la Fifa, laquelle a donné à Cardiff un délai courant jusqu'au 15 avril pour s'acquitter de sa dette ou pour motiver son refus de payer.Les Bluebirds ont choisi la deuxième option et feront parvenir à la Fifa lundi un dossier contenant leur argumentaire détaillé. Tour d'horizon des arguments avancés par les deux parties. "Emiliano Sala était un mec exceptionnel. Il faisait l'unanimité. Je n'ai jamais entendu quelqu'un dire du mal de lui et sa disparition m'a touché profondément. C'est comme si j'avais perdu mon fils. Et il faut vivre avec ça."L'hommage de Vahid à Sala #PSGFCN @FCNantes pic.twitter.com/BE9j8bLyiK-- Eurosport.fr (@Eurosport_FR) 3 avril 2019 A Paris la semaine dernière, les juristes du club britannique ont levé le voile sur les deux arguments-clés de leur dossier : 1) Le transfert entre Sala et Cardiff ne pouvait pas être tenu pour définitif le 21 janvier, jour du décès, au motif que la ligue professionnelle anglaise, la Premier League, n'avait pas encore homologué son contrat.2) Les agents McKay père et fils - Willie, commanditaire du vol, et Mark, l'agent détenteur du mandat nantais - pouvant être tenus pour responsables du transport défectueux, la responsabilité finale incombe mécaniquement au club français qui leur avait donné mandat. Côté nantais, on réfute ces arguments : 1) Pour le FCN, le Certificat international de transfert (CIT) fait foi de la réalité du transfert et, en l'occurrence, celui-ci a été établi 21 janvier à 17h30, soit trois heures avant la catastrophe. L'inscription ou non d'Emiliano Sala en Premier League est indifférente, dès lors que le CIT ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer