Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tractations autour de la manifestation parisienne de jeudi

Reuters21/06/2016 à 16:01
    * Cazeneuve dit faire une proposition responsable 
    * Il invoque la fatigue des policiers et la menace 
terroriste 
    * Les syndicats ne veulent pas d'un rassemblement statique 
 
 (Actualisé avec réaction intersyndicale) 
    PARIS, 21 juin (Reuters) - Les sept syndicats mobilisés 
depuis trois mois contre la loi Travail ont refusé mardi la 
proposition d'un simple rassemblement statique jeudi dans la 
capitale, lors de premières discussions avec la préfecture de 
police de Paris. 
    Dans un communiqué, la CGT, FO et les autres organisations 
annoncent qu'elles feront des "propositions alternatives" de 
"manifestations itinérantes" lors d'une intersyndicale régionale 
réunie dans l'après-midi. 
    "Le préfet a insisté pour que l'action de jeudi soit 
contrainte à un rassemblement place de la Nation ou sur une 
autre place parisienne. Les organisations ont catégoriquement 
rejeté cette proposition", écrivent-elles. 
    Selon un dirigeant CGT d'Ile-de-France, les syndicats ont 
proposé un parcours "moins emblématique" que celui initialement 
prévu, de la place de la Bastille à Nation, "plus court" et avec 
"moins de commerces". "On attend la réponse", a-t-il dit. 
    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déclaré 
qu'il prendrait une "décision claire" en cas d'échec des 
discussions entre les syndicats et la préfecture de police.  
    "Au terme de l'aboutissement de ces discussions, je prendrai 
mes responsabilités en prenant une décision claire", a-t-il dit 
lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale. 
    Bernard Cazeneuve avait auparavant réitéré son souhait de 
limiter la mobilisation de jeudi contre la loi Travail à un 
simple rassemblement statique à Paris. 
    Il a invoqué une nouvelle fois les risques de violences et 
l'extrême "fatigue" des forces de l'ordre sollicitées 
simultanément par les mouvements sociaux, l'Euro de football et 
la menace terroriste. 
     
    LES SYNDICATS DE POLICIERS PARTAGES  
    "Je ne cherche pas à interdire les manifestations, je fais 
une proposition responsable", a-t-il dit à la presse.  
    Bernard Cazeneuve, selon qui le "niveau de menace est 
extrêmement élevé", a rappelé que plus de 500 policiers avaient 
été blessés depuis le début du mouvement en mars dernier. 
    Le Premier ministre, Manuel Valls, a accusé mercredi dernier 
la CGT de ne pas avoir su assurer le bon déroulement de la 
manifestation du 14 juin, dénonçant l'"attitude ambiguë" du 
service d'ordre du syndicat à l'égard des casseurs. 
    Dans une première réponse à Bernard Cazeneuve, les syndicats 
réunis autour de la CGT et de FO ont réfuté lundi les 
accusations de l'exécutif et renouvelé leur appel à deux 
nouvelles journées de mobilisation, jeudi et le 28 juin. 
  
    Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, 
manifestera jeudi à Bordeaux, a annoncé le syndicat. 
    Le syndicat de policiers Alliance a demandé pour sa part un 
report de la manifestation prévue jeudi à Paris, alors que 
SGP-FO a manifesté des réserves sur l'attitude des autorités. 
    "Je ne dis pas qu'il faut interdire cette manifestation, il 
faut simplement la reporter", a déclaré sur iTELE Frédéric 
Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance, premier syndicat 
de la profession.   
    Le représentant syndical souhaite que les organisateurs du 
rassemblement trouvent un accord avec la préfecture de police 
afin d'envisager un report, "le temps que les effectifs (de 
policiers) puissent retrouver de la ressource". 
    Nicolas Comte, porte-parole de SGP-FO, deuxième organisation 
de la profession, s'est montré plus critique à l'égard de 
l'attitude du gouvernement.  
    "On n'a pas toujours mis les moyens qu'il fallait pour 
empêcher les casseurs d'agir, ce serait paradoxal d'aller taper 
sur des syndicalistes qui manifestent pour leurs idées", a-t-il 
déclaré sur France Inter en évoquant des "prétextes politiques" 
pour contenir la contestation.  
    "Il faudra voir si la préfecture de police décide d'utiliser 
plus de forces et des moyens plus lourds pour interdire la 
manifestation d'organisations syndicales qu'elle n'en a utilisé 
pour empêcher les casseurs de sévir", a-t-il dit. 
 
 (Myriam Rivet, avec Gérard Bon, édité par Nicolas Delame) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.