1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Tour de France : ces métiers au service de la course
Le Point25/07/2018 à 15:32

Les h�tesses sont présentes sur chaque étape du Tour de France. (crédit : ERIC FEFERBERG)

Le Tour de France est une institution, mais pendant que les projecteurs sont rivés sur les coureurs, d'autres hommes et femmes agissent, plus discrètement, pour que ce spectacle itinérant puisse se tenir. La course cycliste, qui vit actuellement sa 105e édition, draine un nombre important de travailleurs occultes. Le Point.fr s'est intéressé à ceux qui, modestement mais aussi passionnément, permettent à la course d'exister. Rencontres.

Alexandre, mascotte chez Bo Stick

Pour Alexandre, 22 ans et étudiant pour devenir ingénieur en mécanique, « l'important, c'était d'être sur le Tour ». Recalé à l'entretien pour être animateur, il a finalement été rappelé deux jours avant le départ pour devenir la mascotte de Bo Stick, l'un des partenaires. Un rôle qu'il a donc appris sur le terrain. « Ça reste assez libre », nous explique-t-il. « Il faut ne pas être trop introverti. Ne pas hésiter à aller vers les gens, surtout vers la fin de l'étape, car avant je fais surtout de la distribution. Principalement, il s'agit d'aller danser avec les gens, faire quelques coucous, quelques photos, des câlins aux gamins. »

Un rôle qu'il endosse volontiers, dans la bonne humeur, malgré quelques contraintes. « Vu la température qu'il fait sous le costume, mieux vaut être résistant », ironise-t-il. « La difficulté, c'est de ne pas pouvoir parler. Parfois, on se prend des vents? Ça dépend des...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer