1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Total opposé aux forages pétroliers en Arctique

Commodesk28/09/2012 à 11:17

(Commodesk) Christophe de Margerie s'oppose aux forages pétroliers dans l'Arctique. Dans une interview au Financial Times, le PDG de Total estime que les risques sont trop importants pour l'environnement. Une fuite de pétrole dans le Groenland, par exemple, aurait des conséquences dramatiques pour l'environnement et « pour l'image de la compagnie ».

L'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures dans l'Arctique, une zone écologiquement très sensible, est dénoncée depuis plusieurs années par les associations environnementales. Mais c'est la première fois qu'un dirigeant d'une major pétrolière prend ce type de position.

Cette déclaration intervient quelques jours après les mésaventures de Shell au large de l'Alaska. L'anglo-néerlandais a subi d'importants dégâts sur ses équipements et a dû retarder sa tentative de forage. Cet accident démontre les risques inconsidérés de l'activité pétrolière en Arctique, selon les groupes écologistes.

Total ne possède pas d'intérêt dans des gisements pétroliers de l'Arctique, contrairement à Shell, Rosneft ou encore Exxon Mobil. Il est cependant partie prenante dans plusieurs gisements de gaz dans le nord de la Russie et en mer de Barents, notamment le projets géant de Shtokman. Mais selon Christophe de Margerie, le problème est différent, puisqu'une fuite de gaz est « plus facile à contenir qu'une fuite de pétrole ».

Le groupe français avait cependant été confronté à une importante fuite de gaz en mer du Nord au printemps dernier. Pendant un mois et demi, jusqu'à 200.000 de mètres cubes de gaz s'échappaient chaque jour de la plateforme d'Elgin, qui ne reprendra pas ses activités avant la fin de l'année.

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer