Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tollé après la suppression des aides à l'export de poulet

Reuters19/07/2013 à 14:57

LA SUPPRESSION DES AIDES EUROPÉENNES À L'EXPORT DE POULET SUSCITE UN TOLLÉ EN FRANCE

RENNES (Reuters) - La suppression par l'Union européenne des aides à l'exportation de poulets congelés suscite un tollé en France, principal pays bénéficiaire de ces subventions jugées indispensables pour éviter la disparition d'une filière avicole fragilisée.

Le comité de gestion des produits animaux de l'UE a voté jeudi, sur proposition de la Commission européenne, la fin de ces "restitutions" qui avaient déjà été ramenées de 325 à 108 euros la tonne de viande en janvier dernier. Bruxelles a annoncé sa décision d'appliquer rapidement la mesure.

La France se taille la part du lion dans ces aides puisqu'elle a absorbé 93,7% du budget européen de 55 millions d'euros qui y est consacré pour la campagne 2012-2013.

La Commission justifie la mesure par la baisse des cours des aliments pour les volailles et les bonnes perspectives d'exportation vers les pays tiers à l'Union européenne.

Le gouvernement français a annoncé jeudi soir étudier avec les opérateurs les "voies de recours".

"Rien ne justifie cette décision brutale", ont déclaré dans un communiqué les ministres de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Stéphane Le Foll et Guillaume Garot.

"Cette décision fragilise la dynamique de restructuration engagée par les opérateurs depuis plusieurs mois avec le gouvernement et les collectivités territoriales pour chercher davantage de compétitivité dans toute la filière."

Contrairement à la Commission, la France estime que "l'environnement économique du marché international du poulet congelé s'est dégradé depuis la dernière fixation des restitutions" et souligne que 10 Etats membres se sont solidarisés de la position de Paris en comité de gestion.

MESURES D'URGENCE

Les groupes Doux et Tilly-Sabco, qui représentent les principaux exportateurs français de volaille et emploient plus de 2.500 personnes, surtout en Bretagne, ont demandé à l'Etat de prendre des "mesures d'urgence" pour compenser la disparition de ces aides introduites il y a cinquante ans.

Ils estiment que le différentiel de compétitivité avec des pays comme le Brésil et le taux de change de l'euro désavantagent la filière européenne.

Le groupe volailler Doux, en redressement judiciaire depuis le 1er juin 2012, avait annoncé en février avoir renoué avec les profits et s'était dit confiant en son avenir.

"C'est une décision indigne et inacceptable qui a été prise sous la pression d'autres pays européens qui espèrent ainsi fragiliser la filière avicole bretonne", a déclaré à Reuters Michel Morin, vice-président de la région Bretagne.

"Cette décision est d'autant plus inacceptable que Bruxelles connaît parfaitement les efforts des industriels concernés pour s'adapter à la fin programmée de ces aides. Ils avaient seulement besoin encore d'un peu de temps", a t-il ajouté.

La filière avicole partage le même sentiment.

"Une telle décision va tuer l'emploi", a dit à Reuters Christian Marinov, directeur de la confédération française de l'aviculture. "Autant la baisse des restitutions pouvait en partie se justifier il y a six mois, autant elle n'a aucun sens aujourd'hui avec un marché très dégradé et des Brésiliens qui pratiquent un dumping monstrueux."

Les représentants syndicaux du secteur ont également fait part de leur colère et de leur inquiétude.

"Le pire se profile à l'horizon, c'est la disparition programmée de la filière export de l'aviculture française", s'alarme la fédération nationale CGT de l'agroalimentaire.

Pierre-Henri Allain, avec Yves Clarisse à Paris, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.