Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tensions entre majorité et UMP sur les écoutes de Sarkozy

Reuters11/03/2014 à 18:29

LA TENSION ENTRE MAJORITÉ ET OPPOSITION MONTE D?UN CRAN AU SUJET DES ÉCOUTES DE NICOLAS SARKOZY

PARIS (Reuters) - La confrontation entre la majorité et l'opposition sur les écoutes téléphoniques visant Nicolas Sarkozy et son défenseur Thierry Herzog s'est tendue mardi, au lendemain d'une levée de boucliers de centaines d'avocats contre les juges.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a démenti toute "immixtion" du gouvernement dans l'instruction contre l'ancien chef de l'Etat, sans convaincre la droite qui appelle à une clarification devant le Parlement.

François Hollande a assuré pour sa part qu'il "répondrait" aux lettres du bâtonnier de Paris protestant contre ces écoutes et de l'USM (Union syndicale des magistrats), qui est d'un avis contraire et soutient les magistrats instructeurs.

De nombreux avocats ont dénoncé une atteinte aux droits de la défense et demandé une clarification aux pouvoirs publics après les révélations sur ces écoutes.

Jugeant l'affaire d'une "grande gravité", le chef de file des députés UMP Christian Jacob a appelé François Hollande à s'exprimer et Jean-Marc Ayrault à convoquer le Parlement actuellement en congés pour s'expliquer.

L'ex-Premier ministre UMP François Fillon a réclamé pour sa part une commission d'enquête parlementaire. "C'est la seule manière de sortir de la confrontation des positions", a-t-il dit aux journalistes.

Ces demandes ont été aussitôt rejetées par Jean-Marc Ayrault.

"Demander au Parlement de s'occuper des affaires de justice mais dans quelle République sommes-nous?", a-t-il déclaré à la sortie d'une réunion du groupe Parti socialiste.

"CE N'EST PLUS COMME AVANT"

"Les comportements ont changé et certains s'imaginent que c'est comme avant. Ce n'est pas comme avant, ce n'est plus comme du temps de Nicolas Sarkozy", a-t-il ajouté, en reprenant le leitmotiv de l'ensemble des dirigeants socialistes.

Bruno Le Roux, le président du groupe PS, a rappelé que le Parlement ne pouvait pas enquêter quand des faits sont instruits par la justice.

"On voit bien qu'il s'agit d'une manoeuvre de diversion. Comment pourrait-on faire une commission d'enquête à l'Assemblée, a fortiori une réunion même du Parlement, sur ce qui est une enquête de justice?", a-t-il dit à Reuters.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, s'est défendue lundi d'être intervenue ou même d'avoir été informée de ces écoutes avant la parution de l'article du Monde, insistant sur l'indépendance des juges d'instruction.

"Il n'y a aucune immixtion de la garde des Sceaux, de l'exécutif, dans le déroulement des instructions judiciaires", a renchéri Jean-Marc Ayrault.

Selon le Canard enchaîné, à paraître mercredi, le parquet général a pourtant transmis le 26 février, date de l'ouverture de l'information judiciaire, une synthèse des écoutes à Christiane Taubira.

Pour Christian Jacob, "personne ne croit un instant que le garde des Sceaux et donc le Premier ministre n'aient pas été informés et par voie de conséquence le président de la République".

"Le Premier ministre doit dans les délais les plus brefs convoquer le Parlement pendant cette suspension et s'exprimer, s'expliquer sur cette affaire", a-t-il insisté.

"Que l'UMP balaie donc devant sa porte, qu'elle réponde par les faits aux accusations dont elle fait l'objet, qu'elle fasse les recours auxquels elle a droit si elle considère que les procédures ne sont pas celles qui devraient être mises en place", a répliqué Thierry Mandon, le porte-parole du groupe PS.

(Gérard Bon et service France, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.