1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tensions entre les Corées après l'explosion de mines antipersonnel
Le Parisien10/08/2015 à 07:38

Tensions entre les Corées après l'explosion de mines antipersonnel

Les tensions sont montées d'un cran sur la péninsule coréenne lundi : Séoul accuse Pyongyang d'avoir placé les mines antipersonnel qui ont blessé deux de ses soldats en patrouille à la frontière la semaine dernière et brandi la menace de représailles.

D'après le ministère sud-coréen de la Défense, trois mines antipersonnel ont explosé dans l'incident survenu mardi dernier au passage d'une patrouille sud-coréenne dans la zone démilitarisée (DMZ) qui s'étale sur deux kilomètres de part et d'autre de la frontière entre les deux Corées.

«Nous sommes certains qu'il s'agissait de mines antipersonnel nord-coréennes placées dans l'intention de tuer par nos ennemis qui ont traversé en cachette la frontière militaire», a déclaré Kim Min-Seok, un porte-parole du ministère, à la presse. Un soldat a dû être amputé des deux jambes. L'autre a perdu une jambe. La Corée du Nord n'a pas réagi dans l'immédiat à ces accusations.

La crainte d'une escalade

«Notre armée (....) fera payer à la Corée du Nord un prix sévère et proportionné pour sa provocation», ont prévenu dans un communiqué les chefs d'état-major de la Corée du Sud. Il s'agit d'un «acte sans fondement» et d'une «violation injustifiée» des accords de non agression en vigueur, ont-ils poursuivi, avant d'appeler la Corée du Nord à présenter ses excuses pour cet incident et à punir les responsables.

Le ministère de la Défense s'est refusé à préciser ce qu'il entendait par «prix sévère» tandis que les analystes jugent qu'une réponse appropriée serait difficile à mettre en oeuvre.

«En réalité, c'est dur de dire ce que la Corée du Sud peut réellement faire», a commenté Dan Pinkston, spécialiste de la Corée du Nord au sein du International Crisis Group de Séoul. «Il s'agit d'une violation inacceptable des conditions du cessez-le-feu mais il ne faut pas que la situation connaisse une escalade qui échapperait à tout contrôle», ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer