1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tension au départ des cortèges de "Gilets jaunes" à Paris
Reuters16/11/2019 à 11:19

TENSION AU DÉPART DES CORTÈGES DE "GILETS JAUNES" À PARIS

PARIS (Reuters) - Les forces de l'ordre sont intervenues samedi matin à Paris aux deux points de départ des cortèges autorisés de "Gilets jaunes", qui manifestent dans la capitale et plusieurs autres villes de France alors que ce week-end marque le premier anniversaire de leur mouvement de contestation sociale, inédit dans sa forme.

Des grenades lacrymogènes ont été tirées Porte de Champerret, dans le nord-ouest de Paris, et place d'Italie, dans le sud-est de la capitale, où la tension était palpable avant le départ des manifestations.

Plusieurs dizaines de personnes ont brièvement bloqué la circulation sur le périphérique parisien au niveau de la Porte de Champerret. Elles se sont retirées dans le calme à l'arrivée des forces de l'ordre, intervenues quelques minutes après leur irruption sur le périphérique.

A 10h00, les forces de l'ordre avaient procédé à 16 interpellations et 1.192 contrôles préventifs, a déclaré la Préfecture de police de Paris.

Plusieurs secteurs de la capitale sont interdits aux manifestants, notamment les Champs-Elysées et les abords de l'Arc de Triomphe, théâtres de nombreuses violences dans les premiers mois du mouvement de contestation.

Le mouvement des Gilets jaunes visait initialement à protester contre la hausse des taxes sur les carburants mais il s'est transformé en une contestation plus générale contre la politique économique et sociale d'Emmanuel Macron.

Alors que près de 300.000 personnes s'étaient rassemblées le 17 novembre 2018 à travers la France, notamment sur les ronds-points, ces manifestations hebdomadaires ont progressivement réuni moins de monde jusqu'à ce week-end anniversaire.

(Service France, édité par Bertrand Boucey)

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    17 novembre08:26

    La liberté de manifester sans arret, c'est devenu la liberté d'accaparer les forces de police qui pendant ce temps ne font plus leur travail, résultat explosion de la délinquance, le pauvre qui s'absente toute la journée pour aller manifester, se fait combrioler.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer