1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Tennis : "Le tennis féminin, le plus sot de tous les temps"

Le Point01/06/2017 à 11:05

Catherine Tanvier à Roland-Garros en 1987.

À force de surexposition, on préfère parfois fuir le tumulte pour toucher l'épanouissement. C'est le choix qu'a fait Catherine Tanvier, désormais apaisée chez elle, dans sa maison du sud-ouest de la France. Ce ne fut pas toujours le cas pour celle qui fut numéro 1 française à 17 ans, 20e mondiale et médaillée de bronze aux JO de Los Angeles en 1984. À 52 ans, l'ancienne joueuse de tennis s'est réfugiée dans les livres, et la sortie de son deuxième ouvrage est une occasion pour elle de faire un détour par Roland-Garros, un lieu rempli de souvenirs.

Son parcours fut accidenté, l'après-tennis compliqué. Blessures, dépression, RMI?, elle avait déjà fait le choix de la thérapie par l'écriture dans Déclassée, un ouvrage paru en 2007 dans lequel elle évoque son crash d'après-carrière. Elle qui a connu l'envers d'un circuit féminin et d'un sport qu'elle maîtrise parfaitement en dénonce aujourd'hui les dérives dans Je lâche mes coups. Interview.

Le Point.fr : Vous avez connu une fin de carrière brutale, avant de connaitre des difficultés personnelles, financières. Comment les choses se sont-elles enchaînées ?

Catherine Tanvier : Tout part d'une douleur terrible lors d'un tournoi et d'un match contre Mary Pierce. J'arrête ma carrière six mois plus tard, à 26 ans. Je mettrai deux ans et demi à réparer ce...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer