1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Temps de travail: Accord allemand pas possible en France, dit Le Maire

Reuters07/02/2018 à 11:26

TEMPS DE TRAVAIL: ACCORD ALLEMAND PAS POSSIBLE EN FRANCE, DIT LE MAIRE

PARIS (Reuters) - L'accord conclu cette semaine en Allemagne qui prévoit la possibilité pour les salariés de la métallurgie de réduire leur temps de travail jusqu'à 28 heures par semaine "n'est absolument pas transposable" en France, a déclaré mercredi le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Quand on compare les situations économiques de la France et de l'Allemagne, cet accord n'est "absolument pas transposable en France", a-t-il dit sur France Inter, "l'Allemagne est au plein emploi, la France souffre du chômage de masse."

La France s'est essayée à la réduction du temps de travail avec les 35 heures qui se sont soldées par "un échec cinglant", a-t-il ajouté.

"On s'est pris le mur pleine face et en klaxonnant, on ne va pas repartir en arrière et se reprendre le mur en klaxonnant. La baisse du temps de travail n'est pas la solution du chômage en France, la solution c'est des entreprises qui tournent mieux, c'est une meilleure formation, c'est une meilleure qualification, c'est ce que nous faisons", a poursuivi Bruno Le Maire.

"Quand plus tard nous serons à 5% de taux de chômage, là peut-être on pourra réfléchir à des solutions supplémentaires. Tant qu'on n'en est pas là, gardons notre cap, compétitivité des entreprises, formation, qualification", a-t-il conclu.

(Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet)

43 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • PtiMinet
    08 février08:31

    Je ne sais pas si c'est possible en France (28h payées 28), mais son argumentation ne me semble pas tenir la route. Ce n'est pas lorsqu'on aura baissé sensiblement le taux de chômage (si un jour ça arrive) qu'on pourra baisser le temps de travail, au risque de ne plus trouver assez de main d'oeuvre.

    Signaler un abus

  • pascalcs
    08 février00:17

    Mosini78. À défaut d'être utiles, vos commentaires sont hilarants. C'est déjà cela me direz vous. Continuez, le rire est thérapeutique.

    Signaler un abus

  • stmaster
    07 février22:45

    Et moi qui croyais les détracteurs des 35 heures en France, cause de tous nos malheurs....on m'aurait menti ? On devrait revenir aux 48 heures ? nos dirigeants sont quand même un peu à la masse et contre tout progrès. Merci Martine de l'avoir fait en votre temps. Il fallait en avoirs. Nous ne sommes pas prêts de progresser avec ces petits pisse-froid réac et conservateurs.

    Signaler un abus

  • sibile
    07 février21:39

    ces pauvres Allemands avec leur plein emploi, leur excédent budgétaire, leur excédent commercial et leur économie puissante sont vraiment bien à plaindre

    Signaler un abus

  • sibile
    07 février21:35

    comme chacun a pu le constater, les Allemands se précipitent en masse en France pour profiter de notre merveilleux système social et de notre économie florissante

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.