Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Tempête Fiona: la Guadeloupe constate les dégâts, Paris annonce de l'aide
information fournie par AFP18/09/2022 à 22:56

Les dégâts provoqués par le passage de la tempête Fiona, le 17 septembre 2022 à  Capesterre-Belle-Eau, en Guadeloupe ( AFP / Lara Balais )

Les dégâts provoqués par le passage de la tempête Fiona, le 17 septembre 2022 à Capesterre-Belle-Eau, en Guadeloupe ( AFP / Lara Balais )

Etat de catastrophe naturelle et mobilisation du fonds de secours pour l'Outre-Mer: le gouvernement français a voulu montrer dimanche son soutien à la Guadeloupe éprouvée par la tempête tropicale Fiona, requalifiée en ouragan à son approche de Porto Rico.

Fiona aura causé de nombreux dégâts lors de son passage en Guadeloupe dans la nuit de vendredi à samedi, où elle a laissé des quartiers inondés, des maisons dévastées et des routes coupées.

Sur le territoire de la commune de Basse-Terre, un homme est mort, emporté avec sa maison par les flots d'une rivière en crue.

C'est le sud de l'île homonyme de Basse-Terre, partie sud-ouest de l'archipel, qui a été le plus affecté.

Ainsi à Goyave, un pont a été emporté par une rivière en crue. Dans cette même commune, Stella Lelong, 48 ans, a vu l'eau pénétrer dans sa maison en pleine nuit. "En une heure, on s'est retrouvé avec 80 cm d'eau à l'intérieur (...) On a tout perdu, tout ce qui est au rez-de-chaussée est perdu", a-t-elle témoigné. Son intérieur "a récupéré les poubelles communales et les débris de la rivière".

"Le retour à l'accalmie se confirme", a écrit dimanche à la mi-journée (19H00, heure de Paris) le préfet de Guadeloupe, Alexandre Rochatte, dans un communiqué. La vigilance météorologique est repassée au niveau jaune pour "fortes pluies et orages", après 24 heures de vigilance rouge.

Mais le préfet a aussitôt commencé à lister les dégâts, notamment concernant le réseau routier "assez dégradé". Il a précisé que "4.000 usagers restent privés d’électricité", "1.200 d’internet et de téléphone fixe" et "20 antennes relais d’Orange sont encore indisponibles soit 80 % des abonnés du sud de la Basse-Terre".

Le manque d'eau se fait aussi sentir, la distribution d'eau potable ayant été coupée à de nombreux endroits. Seules huit des 26 usines exploitées par le syndicat mixte de gestion de l'eau (SMGEAG) pouvaient de nouveau la traiter dimanche à la mi-journée, a indiqué cet établissement dans un communiqué.

Et à la mi-journée, à Baie-Mahaut, une longue queue d'habitants munis de bidons se formait devant une fontaine en libre service, pour faire le plein d'eau potable.

Les écoles, collèges et lycées ne seront ouverts lundi que pour permettre leur remise en état, l'accueil des élèves reprenant mardi, sauf pour Saint-Martin, Saint-Barthélémy et Marie-Galante où ils reviendront dès lundi.

Localisation et trajectoire de l'ouragan Fiona ( AFP /  )

Localisation et trajectoire de l'ouragan Fiona ( AFP / )

Dans son bulletin, le centre météorologique de Guadeloupe a qualifié de "très impressionnants" les cumuls de pluie mesurés depuis le début de l'épisode, dans la nuit de vendredi à samedi, tels les "534 mm à St-Claude (Matouba)" ou les "502 mm à Capesterre Belle-Eau (Neufchâteau)". L'équivalent de plusieurs mois de précipitations.

- Visite à venir du ministre délégué -

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que l'état de catastrophe naturelle serait reconnu en "fin de semaine prochaine" en Guadeloupe.

Dans cet archipel des Petites Antilles très concerné par le dérèglement climatique, l'état de catastrophe naturelle avait déjà été reconnu en mai pour plusieurs communes touchées fin avril par des inondations qui avaient fait un mort.

Outre l'état de catastrophe naturelle, une garantie de l'Etat pour indemniser les victimes, "le fonds de secours pour l'outre-mer", qui vise l'indemnisation de biens non assurables des sinistrés, sera "mobilisé", a de son côté indiqué sur Twitter le président Emmanuel Macron.

A Basse-Terre, en Guadeloupe, le 17 septembre 2022 après le passage de la tempête Fiona ( AFP / Lara Balais )

A Basse-Terre, en Guadeloupe, le 17 septembre 2022 après le passage de la tempête Fiona ( AFP / Lara Balais )

Le chef de l'Etat a demandé au ministre chargé des Outre-mer, Jean-François Carenco, de se rendre sur place. Ce dernier devrait effectuer cette visite la semaine prochaine, a indiqué son entourage à l'AFP.

Sixième système tropical de la saison dans l'Atlantique, Fiona s'est renforcé dimanche en ouragan à l'approche de Porto Rico, charriant des vents soufflant jusqu'à 140 km/h et menaçant l'archipel "d'inondations catastrophiques" et de coulées de boue, selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC).

La dépression a entièrement privé de courant ce territoire américain des Caraïbes, pour lequel le président américain Joe Biden a approuvé dimanche la déclaration d'état d'urgence.

Avec le réchauffement de la surface des océans, la fréquence des ouragans les plus intenses, avec des vents plus violents et des précipitations plus importantes, augmente. Ils font notamment peser un risque de plus en plus important aux communautés côtières.

0 commentaire