1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Téhéran invite Ryad à coopérer au règlement des conflits
Reuters18/01/2017 à 14:03

    DAVOS, Suisse, 18 janvier (Reuters) - L'Iran et l'Arabie 
saoudite devraient pouvoir oeuvrer ensemble au règlement des 
conflits de Syrie et du Yémen, après avoir collaboré l'an 
dernier pour sortir le Liban de la crise, a estimé mercredi le 
ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. 
    "Je ne vois pas pourquoi l'Iran et l'Arabie saoudite 
devraient avoir des politiques hostiles l'une envers l'autre. 
Nous pouvons en fait coopérer pour mettre fin à la situation 
désastreuse des peuples de Syrie, du Yémen, de Bahreïn et 
d'ailleurs dans la région", a-t-il déclaré au Forum économique 
mondial de Davos.  
    "L'Iran et l'Arabie saoudite ont pu cesser d'entraver 
l'élection présidentielle au Liban. Nous avons une 'success 
story'", a poursuivi le chef de la diplomatie.  
    Michel Aoun, proche du Hezbollah pro-iranien, a été élu fin 
octobre à la présidence libanaise qui était vacante depuis 29 
mois en vertu d'un accord conclu avec le sunnite Saad Hariri, 
qui est soutenu par l'Arabie saoudite.   
    Les relations entre Ryad et Téhéran se sont considérablement 
détériorées après la mort de plusieurs centaines de personnes, 
dont de nombreux Iraniens, lors du pèlerinage annuel à La Mecque 
en 2015. 
    Les tensions se sont encore aggravées en janvier 2016 après 
l'exécution d'un dignitaire chiite condamné à mort en Arabie 
saoudite, qui a entraîné la mise à sac de l'ambassade saoudienne 
à Téhéran et la rupture des relations diplomatiques. 
  
 
 (Jean-Stéphane Brosse et Jean-Philippe Lefief pour le service 
français, édité par Tangi Salaün) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer