1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Taux de nicotine et de goudron : les paquets de cigarettes mentent-ils ?

Le Parisien10/02/2018 à 08:37

Taux de nicotine et de goudron : les paquets de cigarettes mentent-ils ?

Quels sont les niveaux réels de nicotine et de goudron qui pénètrent dans nos poumons lorsqu'on fume une cigarette ? Les fabricants minimisent-ils ces taux pour faire croire que les risques sont plus faibles ? Ce sont les questions auxquelles la justice va devoir répondre après une plainte pénale déposée début février par le Comité national contre le tabagisme (CNCT) et révélée par « le Monde ». Cette association accuse les géants British American Tobacco, Philip Morris, Japan Tobacco et Imperial Brands de « mise en danger délibérée de la vie d'autrui ».

LIRE AUSSI

> « Les industriels n'ont pas cessé de mentir »

« Quand les consommateurs croient fumer un milligramme de goudron et de nicotine, en réalité, ils en fument dix et ne le savent pas », s'indigne Pierre Kopp, l'avocat du CNCT. Pour comprendre le problème, il faut savoir que les filtres de cigarettes comportent des microperforations qui « diluent » la fumée inhalée. Quand les taux de goudron, de nicotine et de monoxyde de carbone sont mesurés en laboratoire, lors des contrôles réglementaires sur des machines à fumer, les petits orifices ne sont pas obstrués et fonctionnent parfaitement. Mais, en situation réelle, les fumeurs bouchent ces microperforations en tenant la cigarette entre leurs doigts et leurs lèvres. Ils aspirent alors une plus forte concentration de ces substances.

Un système des microperforations qui contourne la réglementation

« Elle est, en réalité, entre deux et dix fois supérieure pour le goudron et cinq fois pour la nicotine. Il y a tromperie », accuse le professeur Yves Martinet, président de l'association. Mais Eric Jourdain, directeur marketing du Laboratoire national de métrologie et d'essais, l'organisme agréé en France pour conduire ces tests, rétorque qu'il respecte strictement la loi : « Nous réalisons ces contrôles comme l'exigent les textes en vigueur. Aujourd'hui, il n'est pas demandé de réaliser des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer