Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Taubira connaissait la substance des écoutes, selon un document

Reuters12/03/2014 à 20:37

CHRISTIANE TAUBIRA CONNAISSAIT LA SUBSTANCE DES ÉCOUTES DE NICOLAS SARKOZY, SELON UN DOCUMENT

PARIS (Reuters) - Les deux documents brandis mercredi par Christiane Taubira pour illustrer sa bonne foi sur les écoutes de Nicolas Sarkozy montrent qu'ils contenaient un résumé substantiel de leur contenu, selon Le Monde, qui en publie de larges extraits.

L'un d'eux, le courrier du procureur national financier au parquet général, qui l'a ensuite transmis au ministère de la Justice, contient en outre des indications de date sur ces interceptions.

"Je n'ai pas d'information concernant la date, la durée, le contenu des interceptions judiciaires", a assuré la garde des Sceaux devant la presse.

Le procureur national financier, Eliane Houlette, n'a pu être joint par Reuters et l'entourage de Christiane Taubira, qui a déclaré ne pas disposer de synthèse des écoutes, n'a pas souhaité commenter ces informations.

Le Monde précise avoir photographié ces documents au moment où la garde des Sceaux les montrait à la presse et en a tiré un verbatim.

Dans son information au procureur général, Eliane Houlette requiert une information pour violation du secret de l'instruction et trafic d'influence passif et actif, notamment, à la suite de faits incidents à l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy.

"Les policiers ont intercepté entre le 28 janvier et le 11 février 2014 des conversations téléphoniques entre Monsieur Nicolas Sarkozy utilisant une ligne téléphonique souscrite sous un nom d'emprunt (Paul Bismuth) et M. Thierry Herzog, avocat se servant d'une ligne téléphonique souscrite le même jour et au même endroit que la première", écrit-elle, selon Le Monde.

La magistrate indique que l'avocat aurait pu être renseigné sur la surveillance des téléphones de Nicolas Sarkozy et sur une perquisition menée dans le cadre de la procédure.

Le second courrier adressé par le parquet général note que l'ancien chef de l'Etat aurait pu être informé "après que le bâtonnier de Paris ait été lui-même averti par le juge d'instruction conformément aux dispositions de l'article 100-7 du code de procédure pénale".

"LA VALIDITÉ DES ÉCOUTES PEUT SE SOUTENIR"

Eliane Houlette précise que l'un des deux hommes - le nom serait effacé sur la photo prise par Le Monde par le doigt de la ministre - est entré en relation "à de nombreuses reprises avec un magistrat du parquet général de la Cour de cassation" avant une audience relative à une information suivie à Bordeaux.

Le parquet général précise qu'il s'agit de l'affaire Bettencourt. "A la faveur de ces conversations, il apparaît que les deux hommes évoquent à plusieurs reprises les interventions réelles ou supposées d'un magistrat du parquet général de la Cour de cassation, dans le cadre de l'examen par la chambre criminelle de cette Cour d'un pourvoi formé contre un arrêt de la chambre de l'instruction de Bordeaux."

Pour le procureur national financier, les communications mettent en évidence que "ce magistrat aurait fait part à Thierry Herzog de son souhait d'être nommé conseiller au tour extérieur au Conseil d'Etat de Monaco et que Nicolas Sarkozy aurait assuré qu'il l'aiderait dans ce projet 'avec ce que tu fais'".

Eliane Houlette reconnaît que les conversations d'un avocat avec son client, dont l'écoute a ulcéré la profession, pourraient constituer un obstacle à l'ouverture d'une information.

"Mais elles ont eu lieu à travers une ligne téléphonique ouverte sous un faux nom et au surplus sont de nature à faire présumer la participation de l'avocat concerné à une infraction", dit-elle.

Pour le parquet général, "il apparaît que la validité" des écoutes, même si elle peut donner lieu à des contestations, peut se soutenir".

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.