1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tapie : «Ni Richard ni Lagarde ni Guéant n'avaient le pouvoir de décider»
Le Parisien14/06/2013 à 00:10

Tapie : «Ni Richard ni Lagarde ni Guéant n'avaient le pouvoir de décider»

Bernard Tapie était-il présent en 2007 à une réunion à l'Elysée destinée à mettre en place la procédure d'arbitrage dont il a finalement bénéficié l'année suivante ? C'est ce qu'a affirmé Stéphane Richard, PDG d'Orange, lors de sa garde à vue, selon une source proche de l'enquête sur l'affaire Tapie - Crédit Lyonnais.

Bernard Tapie, lui, ne dément pas. Mais ne confirme pas non plus. «Objectivement, je ne m'en souviens pas», confie-t-il dans une interview au «Parisien» - «Aujourd'hui en France» à paraître vendredi. L'homme d'affaires établit toutefois la distinction entre les réunions d'information et celles de validation de la procédure d'arbitrage. «Les réunions décisionnaires, je n'y participais car je n'en avais pas le droit, mais j'étais représenté par mon avocat», assure-t-il.

«Je ne le nie pas. Je suis allé plusieurs fois à l'Elysée. Je ne m'en cachais pas d'alleurs (...). C'est vrai que je voulais faire entendre mes arguments», poursuit-il. «Rien ne s'est fait en catimini. Et ni Stéphane Richard, ni Christine Lagarde ni Claude Guéant n'avaient le pouvoir de décider», glisse aussi Bernard Tapie.

«Nous allons faire l'arbitrage», aurait assuré Claude Guéant

Stéphane Richard, ancien collaborateur de Christine Lagarde quand elle était ministre de l'Economie et actuel PDG d'Orange, a été mis en examen mercredi pour «escroquerie en bande organisée» dans l'affaire Tapie - Crédit Lyonnais. Il a décidé d'engager un recours en annulation de cette décision qui, selon son avocat, «ne repose sur aucun élément sérieux».

Durant sa garde à vue de 48 heures, il a expliqué avoir été «convoqué» à une réunion à l'Elysée par le secrétaire général Claude Guéant le 24 ou 25 juillet 2007. Jean-François Rocchi, président du Consortium de réalisation (CDR, chargé de liquider le passif du Crédit lyonnais), mis en examen mercredi pour «escroquerie en bande organisée» et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • muck12
    14 juin16:13

    et hop je m en souviens pas

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer