Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Tallinn, 1re capitale européenne à tester les transports publics gratuits

RelaxNews28/01/2013 à 13:47

Voyageurs dans l'un des bus gratuits de Tallinn, le 9 janvier 2013 AFP PHOTO / RAIGO PAJULA

(AFP) - Des autobus gratuits pour décourager la circulation automobile? Tallinn est la première capitale européenne à instaurer la gratuité des transports publics pour tous ses habitants, afin de réduire les embouteillages et la pollution.

Depuis le début de l'année, les Tallinnois doivent valider une nouvelle carte verte en montant dans les bus, tramways et trolleybus, mais le trajet en lui-même est gratuit.

"C'est encore tellement nouveau, j'oublie régulièrement de le faire", dit à l'AFP Pavel Ilmjarv, 19 ans, en montant dans le bus no 5 dans le centre de la capitale estonienne.

"Avant, j'avais une carte mensuelle et je n'avais pas besoin de la valider à chaque fois. Mais je ne vais pas me plaindre: la gratuité des transports, c'est super pratique, j'adore", ajoute-t-il.

La gratuité est réservée aux quelque 420.000 habitants de Tallinn. Seule la carte magnétique personnelle, attestant de leur qualité de résident de la ville, est payante (2 euros).

"On a eu cette idée il y a juste un an et on a constaté que dès les premières semaines le nombre de gens utilisant les transports publics avait augmenté, donc nous avons déjà décidé d'augmenter le nombre de bus en service", explique à l'AFP le maire adjoint de Tallinn, Taavi Aas. La moitié des habitants de Tallinn ont déjà utilisé le nouveau système, selon la mairie.

Mais pour la municipalité, la gratuité a un coût. "Cette année nous ne bénéficierons pas des 12,4 millions d'euros provenant de la vente de titres de transport, somme qui couvrait environ 23% de la totalité des coûts du transport public à Tallinn", précise Toomas Pirn, porte-parole de la municipalité.

"Une partie de cette somme est compensée par l'augmentation du volume des taxes correspondant à l'arrivée de nouveaux habitants - l'année dernière la population de Tallinn a augmenté de 3.686 personnes et elle continue d'augmenter", dit-il.

De nombreux Tallinnois qui déclaraient jusqu'alors leur chalet d'été comme résidence principale, se sont enregistrés à Tallinn pour bénéficier de la gratuité des transports publics, augmentant avec leurs impôts locaux les recettes de la municipalité.

Le but de l'opération est de lutter contre les embouteillages et la pollution.

"Nous espérons limiter le nombre de voitures en circulation en ville et réduire ainsi la pollution de l'air. Des études ont montré que ce sont les voitures qui polluent le plus à Tallinn", assure M. Pirn.

Il est cependant encore trop tôt pour en mesurer l'impact.

"Jusqu'alors, environ la moitié des habitants utilisaient les transports publics. Cela prendra du temps pour évaluer le nombre de voitures qui vont rester au parking en raison de la gratuité des transports publics", estime-t-il.

Pour une famille de deux adultes et deux enfants, la gratuité devrait permettre d'économiser environ 600 euros par an. Ce qui n'est pas négligeable dans un pays où le salaire mensuel moyen est de 900 euros.

Mais dans ce petit pays de 1,3 million d'habitants, les non-résidents protestent. "Je suis étudiant à Parnu (est) et pour moi les transports publics ne sont pas gratuits. Cette mesure est très injuste pour ceux qui n'habitent pas à Tallinn. Dans les campagnes, les gens gagnent en général moins d'argent que dans la capitale", dit à l'AFP Eve, une étudiante de 26 ans. Un ticket à l'unité est vendu 1,60 euro.

Le système de gratuité étant réservé aux seuls résidents, les contrôles ont été maintenus et les fraudeurs encourent une amende pouvant aller jusqu'à 60 euros, équivalent à une allocation chômage mensuelle. Le taux de chômage est de 10% dans l'ex-État soviétique, devenu membre de l'UE en 2004 et de la zone euro en 2011.

Tallinn espère obtenir le titre de Capitale verte de l'Europe, attribué cette année par la Commission européenne à Nantes, en France.

"Nous espérons avoir ce titre en 2018. Le fait d'être la première capitale européenne à instaurer la gratuité des transports en commun pour tous ses habitants va nous aider à le remporter", dit le maire adjoint Taavi Aas.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.