1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie-Moscou et Paris conviennent de renforcer leur coordination
Reuters26/11/2015 à 21:21

    MOSCOU, 26 novembre (Reuters) - La France et la Russie ont 
convenu jeudi d'augmenter leurs échanges d'informations et de 
renforcer leur coordination dans la lutte contre l'Etat 
islamique en Syrie.  
    "Nous nous sommes accordés sur trois points essentiels: 
premièrement nous allons augmenter les échanges d'informations 
et les renseignements de toute nature, et notamment entre nos 
forces", a déclaré François Hollande à l'issue d'un entretien 
avec son homologue russe Vladimir Poutine.  
    "Les frappes contre Daech seront intensifiées et feront 
l'objet d'une coordination pour augmenter leur efficacité et 
notamment sur le transport du pétrole", a ajouté le chef de 
l'Etat français lors d'une conférence de presse commune.  
    "Troisièmement, les forces luttant contre Daech et les 
groupes terroristes ne doivent pas être visés par nos avions, 
nous devons aller frapper les groupes terroristes et Daech". 
    Vladimir Poutine a de son côté indiqué que la Russie était 
prête à apporter "une contribution pratique à la formation d'une 
coalition antiterroriste très large, a savoir un front 
anti-terroriste sous l'égide de l'Onu".  
    Concernant l'avenir de Bachar al Assad, François Hollande a 
rappelé la position de la France qui réclame depuis le début du 
conflit syrien le départ du président, soutenu par Moscou.   
    "Il est clair que Bachar n'a pas sa place dans l'avenir de 
la Syrie", a-t-il souligné. "Mais j'ai la conviction que la 
Russie peut jouer un grand rôle dans le processus" de 
transition, a-t-il souligné.  
 
 (Elizabeth Pineau, avec Dominique Rodriguez à Paris, édité par 
Marine Pennetier) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer