1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie : Mélenchon décrit Hollande en «supplétif» des Etats-Unis

Le Parisien01/09/2013 à 22:02

Syrie : Mélenchon décrit Hollande en «supplétif» des Etats-Unis

Comme Europe Ecologie-Les Verts, le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, demande un vote du Parlement avant une éventuelle action en Syrie. Il a, par ailleurs, dénoncé l'atlantisme de François Hollande, devenu selon lui un «supplétif» des Etats-Unis.

L'ancien candidat à l'élection présidentielle s'est dit favorable, au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, à une «discussion» pour dénouer la crise syrienne, plutôt qu'à une intervention armée dans une région du monde qui est une «poudrière». «C'est une zone qui est nucléarisée, où au moins trois pays n'ont pas signé la Convention sur les armes chimiques : l'Egypte, la Syrie et Israël», a-t-il souligné, ajoutant que les Etats-Unis continuaient à produire des armes chimiques.

«Nous sommes une nation universaliste», «pas occidentale»

Pour lui, un vote du Parlement français va «de soi». Selon l'ancien candidat à la présidence de la République, «Ce n'est pas vrai qu'il (le gouvernement, Ndlr) respecte la règle de la Constitution, il respecte l'aspect le plus brutal et le plus anti-parlementaire».«Les Anglais auront voté, les Allemands vont voter, les Etats-Unis vont voter, et nous on serait le seul pays où on ne vote pas et où une personne décide toute seule?», a aussi relevé l'eurodéputé. «C'est une République dans ce pays (...) M. Hollande n'est pas le monarque qui décide de la guerre, a-t-il estimé. La guerre ou la paix, c'est le Parlement qui le décide (...) pas deux hommes dans un bureau.»

Interrogé sur les déclarations du premier secrétaire du PS, Harlem Désir, au sujet d'un supposé «esprit munichois» des opposants à une intervention, l'ancien ministre socialiste l'a «appelé à se ressaisir». «Ça n'a pas de sens de traiter de munichois quelqu'un qui n'est pas de votre avis», a-t-il fait valoir. «Ces déclarations sont une relativisation du nazisme qui est intolérable», estime-t-il. Il a aussi déploré le fait que le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • brinon1
    02 septembre00:14

    et HARLEM DESIR un supplétif de MLP....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer