1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie : le voyage bercé d'illusions des combattants français

Le Point22/01/2014 à 19:45

Nicolas Bons, 30 ans, parti faire le djihad en Syrie, est mort fin décembre, plusieurs mois après le décès de son frère cadet Jean-Daniel, lui aussi mort dans des combats contre les troupes de Bachar el-Assad. |

Les services français recensent près de 700 Français plus ou moins impliqués dans la guerre ou l'envoi de djihadistes en Syrie. Parmi eux, près de 250 Français ou étrangers résidant en France sont à proprement parler des soldats. Une centaine sont "en transit", 150 ont manifesté leur volonté de s'y rendre et 76 en sont revenus. Vingt et un y sont morts. Des chiffres qui dessinent une nouvelle génération de combattants radicaux. Qui sont ces (très) jeunes hommes qui partent dans le guêpier syrien ? Que font-ils sur place ? Et dans quel état d'esprit regagnent-ils l'Hexagone ? Éléments de réponse avec Mathieu Guidère, professeur à l'université de Toulouse 2, spécialiste de l'islam radical. Le Point.fr : Peut-on établir le profil de ces jeunes Français qui partent combattre en Syrie ? Mathieu Guidère : Il est difficile d'établir un portrait précis. Le conflit syrien est relativement récent et nous manquons de données. Pour autant, nous savons qu'il s'agit de jeunes hommes âgés très majoritairement de 18 à 30 ans, d'origine européenne avec des ascendants arabo-musulmans. Parmi eux, on dénombre une douzaine de mineurs, dont six déjà présents dans le pays et d'autres "en transit". Ce phénomène "d'ados combattants" est-il nouveau ?

Non, mais le contexte social et géopolitique l'a favorisé. La crise généralisée et l'effervescence révolutionnaire dans les pays arabes ont encouragé une...

Lire la suite sur Le Point.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • LeRaleur
    22 janvier18:43

    Pas de combattants, mais des djihadistes.

    Signaler un abus

  • M1531771
    22 janvier17:42

    Surtout qu'ils y restent...!!! Nous n'avons pas besoin d'eux !

    Signaler un abus

  • M608962
    22 janvier11:11

    ya pu ka les décorer

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer