1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie : le clan qui a sauvé Bachar al-Assad

Le Parisien03/04/2018 à 13:13

Syrie : le clan qui a sauvé Bachar al-Assad

Au bout de sept ans de guerre qui ont fait plus de 350 000 morts et près de cinq millions de réfugiés hors de la Syrie, le régime de Bachar al-Assad vient d'enregistrer une nouvelle et symbolique victoire. Un accord aurait été trouvé hier pour évacuer les insurgés de Douma, la dernière poche de résistance de la Ghouta orientale. Cette région aux portes de Damas tenait tête au régime depuis 2012.Soutenu activement par les Russes, les Iraniens et le hezbollah chiite libanais, le dictateur syrien triomphe. Il a quasiment réussi à anéantir Daech - qui a contrôlé plus du tiers du territoire et n'est plus présent aujourd'hui que dans de petites zones près de Hama et de Homs. Mais surtout il a pu réduire très significativement la menace des insurgés.Pour arriver à ce résultat, Assad n'a reculé devant rien. Il a fait massacrer, torturer à grande échelle et employé des armes chimiques (principalement le gaz sarin et les bombes au chlore) dans au moins 130 cas, selon la France.Pour arriver à ses fins, qui lui vaudront peut-être un jour de répondre de ses crimes devant un tribunal international, Bachar al-Assad n'était pas seul. Responsables militaires et sécuritaires, chefs de milice, diplomates, financiers et même son épouse Asma ont exécuté, rendu possible ou simplement couvert ses desseins tragiques. Maher al-Assad, 48 ans AFP/DSK Frère de Bachar al-Assad, il est son bras armé, commandant militaire et chef de la 4e Division, une unité d'élite au coeur du système sécuritaire du régime. Rami Makhlouf, 48 ans AFP/DSK Cousin germain de Bachar al-Assad, il est l'homme le plus riche de Syrie, dont il contrôle 60 % de l'économie. C'est le financier et l'inspirateur d'Assad. Walid al Mouallem, 77 ans AFP/Louai Beshara Ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, il a défendu l'armée syrienne en prétendant en 2017 qu'elle n'a jamais utilisé d'armes chimiques. Ali Mamlouk, 72 ans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • a.guer
    04 avril05:51

    De toutes façons, dans une guerre ( et ça en est une ), seul le résultat compte, et c'est le vaincu qui d'ordinaire est jugé ( cf. Nuremberg )

    Signaler un abus

  • dupon666
    02 avril20:39

    quand on constate que l'essentiel des "preuves" vient de l'OSDH de Londres,on ne voit pas tres bien le lien avec la realité.On ne peut etre juge et parti

    Signaler un abus

  • dupon666
    02 avril20:19

    il est bien précisé dans le texte ..."selon la france"..

    Signaler un abus

  • dupon666
    02 avril20:09

    il est bien précisé dans le texte ..."selon la france"..

    Signaler un abus

  • mlaure13
    02 avril10:03

    Que du beau monde...qu'ils soient tous maudits pour l'éternité... Un Nuremberg bis verra le jour...;-(((

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer