Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Syrie-Hollande n'a pas de "retour" sur une responsabilité de la France

Reuters21/07/2016 à 13:39
    * Cinquantaine de civils tués dans des frappes de la 
coalition 
    * Damas accuse la France d'être derrière une frappe 
    * Paris ne prête "aucun crédit" aux propos de Damas 
 
 (Actualisé avec précisions, déclarations) 
    DUBLIN, 21 juillet (Reuters) - François Hollande a déclaré 
jeudi ne pas avoir de "retour" sur une éventuelle responsabilité 
de la France dans des frappes menées près de la ville de Manbij, 
dans le nord de la Syrie, qui ont tué mardi plus d'une 
cinquantaine de civils. 
    Selon le ministère syrien des Affaires étrangères, la frappe 
de mardi, qui a touché le village de Toukhan, au nord de Manbij, 
a été menée par les forces françaises et celle de lundi par les 
forces américaines.   
    Au total, 21 civils ont trouvé la mort lundi et au moins 56 
autres mardi dans les frappes aériennes de la coalition 
internationale contre ce fief de l'Etat islamique, selon 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).  
    "Je n'ai pas d'informations précises sur ce qu'auraient pu 
faire les avions français", a dit le chef de l'Etat français 
lors d'une conférence de presse à Dublin.  
    "Nous agissons dans le cadre d'une coalition, nous faisons 
très attention à nos frappes et je n'ai pas aujourd'hui de 
retour sur la responsabilité qu'auraient des avions français 
dans l'éventuel drame en Syrie", a-t-il ajouté.  
    Le porte-parole du ministère français des Affaires 
étrangères a fait savoir que la France n'apportait "aucun crédit 
aux déclarations émanant du régime de Bachar al Assad." 
    L'ouverture d'une enquête, annoncée par le secrétaire d'Etat 
américain à la Défense mercredi lors d'une réunion de la 
coalition, "déterminera si les frappes de la coalition contre 
Daech ont causé des victimes civiles à Manbij", a dit jeudi le 
porte-parole du Quai d'Orsay lors d'un point presse. 
     
    "LA FRANCE VA CONTINUER A AGIR CONTRE DAECH"  
    Engagée en Irak au sein de la coalition internationale 
emmenée par les Etats-Unis depuis septembre 2014, la France a 
étendu sa zone d'intervention à la Syrie en septembre 2015.  
    Les dernières frappes dont a fait état l'armée française ont 
été menées en Irak dimanche et lundi, contre "des sites servant 
à commander, entraîner et équiper les combattants" de l'EI.  
    Le conflit syrien, qui a fait plusieurs millions de déplacés 
et plus de 280.000 morts, a commencé en mars 2011 sous la forme 
d'une contestation pacifique et s'est transformé 
progressivement, sous l'effet de la répression, en rébellion 
armée, rejointe par la suite par des groupes djihadistes.  
    "Dois-je rappeler que les drames sont quotidiens en Syrie, 
dois-je dire que ce que fait quotidiennement le régime syrien va 
au-delà de l'ignoble ?" a demandé François Hollande.  
    "Voilà pourquoi il faut traiter politiquement la situation 
de la Syrie même si nous devons agir contre Daech et je vous 
l'affirme ici. La France va continuer à agir contre Daech", 
a-t-il ajouté.  
    Dans un communiqué publié mercredi soir, la Coalition 
nationale syrienne (CNS), principal groupe d'opposition en 
Syrie, a demandé la suspension des frappes aériennes de la 
coalition en attendant les conclusions de l'enquête.  
 
 (John Irish à Dublin et Marine Pennetier à Paris, édité par 
Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.