1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie-Fabius parle de progrès à Vienne, pas sur Bachar al Assad
Reuters30/10/2015 à 17:30

VIENNE, 30 octobre (Reuters) - Des avancées ont été réalisées jeudi lors de la réunion ministérielle de Vienne sur la Syrie, la première avec l'Iran, mais pas sur le rôle futur de Bachar al Assad, a déclaré vendredi le ministre français des Affaires étrangères. "Nous avons discuté pendant huit heures", a dit Laurent Fabius à la presse à l'issue de la réunion. "Il y a évidemment des points de désaccord et le principal est le rôle futur de M. Bachar Al Assad. Pour nous les choses sont claires, il est le principal responsable du désastre syrien et donc il n'est pas question qu'il soit le futur de la Syrie." Il a toutefois estimé que les choses avaient "suffisamment avancé pour que nous nous donnions rendez-vous dans 15 jours dans la même configuration pour aller plus loin." "Il y a un certain nombre de points sur lesquels nous avons avancé, en particulier sur le processus politique, sur la question du gouvernement de transition, sur les élections, sur la constitution future et sur d'autres aspects encore. Mais nous ne sommes pas arrivés encore à un accord complet." Pour le chef de la diplomatie française, les Nations unies vont jouer un rôle considérable dans le processus. L'Iran s'est déclaré vendredi favorable à une période de "transition" de six mois en Syrie suivie d'élections permettant de déterminer l'avenir du président Bachar al Assad. Les sources qui ont fait état de cette proposition expliquent qu'elle revient pour la république islamique à renoncer à faire du maintien d'Assad au pouvoir une condition préalable à tout accord, mais il n'était pour autant pas possible dans l'immédiat de déterminer si elle prévoit des mesures menant à son départ. Le camp Assad a organisé des élections l'an dernier, qu'il a facilement remportées. Ses opposants ont rejeté toutes les propositions de transition et exigent qu'il quitte le pouvoir et soit empêché de briguer toute fonction élective. (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer