1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Syrie : Assad, sous pression, autorise l'ONU à enquêter
Le Parisien26/08/2013 à 01:00

Syrie : Assad, sous pression, autorise l'ONU à enquêter

La pression est nettement montée ces dernières heures sur les autorités syriennes. La communauté internationale semble en effet de plus en plus convaincue que le régime d'Assad est responsable d'une attaque présumée aux armes chimiques menée mercredi contre les rebelles dans la région de Damas.

Alors que le régime dément toute implication, renvoyant même la responsabilité sur les rebelles, les pays occidentaux exigent que les experts de l'ONU --arrivés en Syrie le 18 août pour enquêter sur d'autres allégations de ce type plus tôt cette année-- puissent se rendre rapidement sur place. Vers 14 heures, le régime de Bachar al-Assad a finalement accédé à la demande des Nations-Unies, autorisant les observateurs à se rendre dans la banlieue de Damas.

Le président français François Hollande a estimé dimanche qu'il y avait «un faisceau d'évidences» indiquant que l'attaque du 21 août était «de nature chimique» et que «tout conduisait à considérer» que le régime en était «responsable» . Laurent Fabius a déclaré en soirée n'avoir «aucun doute» sur le sujet. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne examinent même des options militaires contre le régime. «Nous avons préparé toutes les options» a confirmé le secrétaire à la Défense américain Chuck Hagel. Dans la soirée, Ayrault exige que la commission de l'ONU puisse faire ses enquêtes pour que la communauté internationale puisse agir.

Mais l'Iran, fidèle allié du régime syrien, a une nouvelle fois mis en garde les Etats-Unis, avertissant qu'ils auraient à subir de «dures conséquences» en cas d'intervention militaire. La Russie, alliée à la Syrie, a également appelé les Etats-Unis à éviter de commettre «toute erreur tragique».

Sur le terrain, la pression n'est pas prête de retomber. Le Front jihadiste al-Nosra, lié à Al-Qaïda, a promis de se venger après cette attaque chimique présumée, en s'en prenant aux villages alaouites, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • baljo
    25 août22:36

    Fabius: fabuleuse catastrophe.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer