Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SYNTHESE-Les combattants kurdes irakiens sont arrivés à Kobani

Reuters30/10/2014 à 18:33

* Le siège de Kobani par l'EI dure depuis plus de 40 jours * C'est un test pour la coalition internationale * Les premiers peshmergas établissent la stratégie à suivre * Ils doivent être rejoints par d'autres par Humeyra Pamuk et Omer Berberoglu BEYROUTH, 30 octobre (Reuters) - Les premiers combattants kurdes irakiens sont entrés jeudi dans Kobani, la ville kurde du nord de la Syrie assiégée depuis plus de 40 jours par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). Malgré plusieurs semaines de frappes aériennes de la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, les djihadistes tiennent toujours en étau cette ville frontalière de la Turquie devenue emblématique de la lutte contre l'EI en Syrie. Les Kurdes syriens assiégés espèrent que l'arrivée de leurs frères irakiens et des armes lourdes qu'ils apportent avec eux permettra de changer la donne. Ces peshmergas font partie d'un groupe de combattants envoyés en renfort par le gouvernement autonome du Kurdistan irakien via la Turquie, qui a fini par organiser ce transfert après s'être montrée réticente dans un premier temps. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche de l'opposition basée à Londres, les premiers peshmergas arrivés à Kobani, en provenance de Turquie sont au nombre de dix. Les autres devraient à leur tour franchir la frontière et gagner Kobani, appelée aussi Aïn al Arab en arabe, "dans les prochaines heures", précise l'OSDH. "Ce premier groupe, à ce qu'on m'a dit, est là pour mettre au point le planning de la stratégie que nous allons suivre", a déclaré Meryem Kobane, un commandant des Unités de protection du peuple (YPG), principal groupe kurde syrien qui défend la ville. Hemin Hawrami, haut responsable de Parti démocratique du Kurdistan (PDK) en Irak, a annoncé sur son compte Twitter que les peshmergas arrivés à Kobani étaient en train de voir où installer les armes lourdes. Une centaine de peshmergas irakiens sont arrivés par avion en Turquie dans la nuit de mardi à mercredi. Ils ont été ensuite rejoints par un convoi terrestre de véhicules transportant des armes lourdes dont un canon et des mitrailleuses montées sur camion. TENUES DE COMBAT Un journaliste de Reuters a pu voir ces combattants en train d'enfiler leurs tenues de combat et de préparer leurs armes, sur un site protégé par les forces de sécurité turques près de la ville de Suruc, à la frontière turco-syrienne. Parallèlement, les bombardements de la coalition internationale se poursuivent. Depuis mercredi, le commandement central américain a mené dix frappes aériennes sur des objectifs de l'EI près de Kobani, qui se sont soldées par la destruction de bâtiments et de positions de combat de l'EI. Le ministère syrien des Affaires étrangères a condamné la Turquie pour avoir autorisé les combattants étrangers et les "terroristes" à entrer en Syrie. Cela constitue, estime-t-il, une violation "honteuse" de sa souveraineté. La Turquie, qui, tout en étant méfiante vis-à-vis des Kurdes, soutient les rebelles qui veulent renverser son ennemi le président syrien Bachar al Assad, a estimé que le "régime syrien" n'était pas légitime. "De telles déclarations d'un régime qui a perdu sa légitimité sont stupéfiantes", a déclaré un responsable du gouvernement turc. Quelque 200 combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) sont également entrés dans Kobani en provenance de Turquie pour aider à lutter contre l'EI, selon le commandant rebelle Abdoul Djabbar al Okaïdi et un autre responsable du gouvernement turc. Sous la bannière de l'ASL, sont regroupés des dizaines de groupes armés qui luttent contre Bachar al Assad, mais, sans pratiquement de commandement central, ils sont distancés par les autres groupes d'insurgés islamistes dans la guerre civile syrienne. A Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, le président Massoud Barzani s'est dit prêt à envoyer davantage de combattants en renfort à Kobani si on lui en faisait la demande. Le HDP, le parti pro-kurde, qui soupçonne le gouvernement turc de préférer l'EI aux Kurdes, a appelé à manifester samedi en solidarité avec Kobani. (Avec Alexander Dziadosz à Beyrouth, Isabel Coles à Erbil, Orhan Coskun, Gulsen Solaker et Ayse Sarioglu à Ankara; Henri-Pierre André et Danielle Rouquié pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.