Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

SYNTHESE-Irak-Les Kurdes disent tenir le barrage de Mossoul

Reuters18/08/2014 à 20:27

* Nouveaux raids de l'aviation américaine * Le barrage toujours aux mains des djihadistes, selon un employé * Les Kurdes prêts à négocier avec Al Abadi BAGDAD, 18 août (Reuters) - Les forces kurdes du nord de l'Irak ont annoncé avoir repris le barrage de Mossoul à l'Etat islamique avec l'appui de l'armée américaine, qui a annoncé avoir effectué de nouveaux raids aériens dans le secteur, mais un employé du site assure que les djihadistes le contrôlent toujours. Sur le plan politique, Hochiar Zébari, ministre des Affaires étrangères sortant et membre de la communauté kurde, a annoncé que des responsables de la région autonome allaient participer aux négociations avec le nouveau Premier ministre visant à former un gouvernement d'union à même de repousser les djihadistes. Les responsables irakiens ont salué ce qu'ils considèrent comme une victoire stratégique et annoncé que le prochain objectif était de reprendre la ville de Mossoul, la plus importante cité du nord de l'Irak, située à 40 km en aval de l'installation hydroélectrique. "Reprendre le barrage a pris plus de temps que prévu car l'État islamique avait posé des mines antipersonel", a déclaré Hochiar Zébari à Reuters, précisant que les forces kurdes avaient bénéficié d'un appui aérien américain. Le Pentagone a dit avoir mené de nouveaux raids contre les positions de l'Etat islamique près du barrage de Mossoul, à l'aide de chasseurs, de bombardiers et de drones qui ont permis de détruire ou d'endommager six véhicules armés, un blindé léger, une batterie anti-aérienne mobile et des explosifs. "La nouvelle tactique consistant à lancer des attaques rapides tenues secrètes s'est avérée efficace et nous sommes décidés à continuer à la mettre en oeuvre avec l'aide des renseignements fournis par les Américains. La prochaine étape est Mossoul", a annoncé pour sa part Sabah Nouri, porte-parole de l'unité antiterroriste irakienne. Un employé travaillant sur le barrage a cependant contesté la version des responsables irakiens. "Les combattants de l'Etat islamique contrôlent toujours l'installation et la plupart d'entre eux s'abritent dans les zones sensibles (du barrage) pour échapper aux frappes aériennes", a-t-il confié à Reuters. LES KURDES PRÊTS À DISCUTER DU NOUVEAU GOUVERNEMENT Avec la prise du barrage hydroélectrique de Mossoul, les djihadistes avaient infligé un revers sans précédent aux autorités irakiennes. Ils peuvent ainsi contrôler l'alimentation en eau et électricité de la région ou encore faire exploser la structure peu solide. Les 12 milliards de mètres cubes retenus par le barrage pourraient inonder deux villes et tuer des dizaines de milliers de personnes, selon un rapport d'ingénieurs américains rédigé en 2007 et rendu public par le Washington Post. Côté politique, Hochiar Zébari a annoncé que des responsables kurdes allaient participer aux négociations sur la formation d'un gouvernement d'union avec le Premier ministre désigné Haïdar al Abadi. Les relations entre les autorités autonomes du Kurdistan et le chef du gouvernement sortant, le chiite Nouri al Maliki, étaient exécrables, au point que les dirigeants kurdes avaient annoncé leur retrait du gouvernement et envisagé l'organisation d'un référendum d'autodétermination. La décision des Kurdes de participer ou non au nouveau gouvernement irakien sera prise ultérieurement, a précisé Hochiar Zébari. Vendredi, des dirigeants sunnites, qui s'étaient également soulevés contre le premier ministre chiite sortant, se sont dits prêts à coopérer sous conditions avec Haïdar al Abadi. ID:nL6N0QL2IK Côté occidental, Londres, qui a jusqu'à présent contribué à la mobilisation de la communauté internationale en réponse à l'offensive djihadiste, a toutefois souligné lundi que la Grande-Bretagne n'avait pas l'intention d'envoyer des troupes au sol. "La Grande-Bretagne ne va pas se laisser entraîner dans une nouvelle guerre en Irak. Nous n'allons pas envoyer de troupes au sol. Nous n'allons pas déployer l'armée britannique", a insisté le Premier ministre David Cameron. ID:nL5N0QO1N1 (Sarah Young à London; Agathe Machecourt et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.