Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

SYNTHESE 4-Les créanciers d'Athènes bouclent un projet d'accord

Reuters02/06/2015 à 23:36

* Les créanciers de la Grèce bouclent un projet d'accord * Il sera soumis mercredi au gouvernement grec * Athènes dit avoir transmis son propre projet * Rencontre Tsipras-Juncker mercredi à Bruxelles (Actualisé avec rencontre Tsipras-Juncker, §10) par Jan Strupczewski et Renee Maltezou BRUXELLES/ATHENES/PARIS, 2 juin (Reuters) - Les créanciers internationaux de la Grèce ont bouclé un projet d'accord qu'ils soumettront au gouvernement d'Alexis Tsipras, a-t-on appris mardi d'un haut responsable européen. Les présidents de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international sont parvenus à se mettre d'accord sur un texte après des discussions, lundi, avec François Hollande et Angela Merkel. Le projet "couvre tous les aspects politiques cruciaux et reflète les discussions des dernières semaines", a déclaré le responsable. "Il en sera discuté avec Tsipras demain (mercredi)." Angela Merkel et François Hollande s'entretiendront avec Alexis Tsipras au téléphone dans les prochaines heures pour tenter de lui faire accepter ce projet d'accord, a déclaré un autre responsable Quelques heures plus tôt, le Premier ministre grec a annoncé qu'Athènes avait soumis à ses bailleurs de fonds un projet de réformes "global" et "réaliste", ajoutant qu'un accord dépendait désormais des dirigeants politiques européens. Ses propos ont été interprétés comme une tentative de couper l'herbe sous le pied aux créanciers pour les empêcher de lui faire une offre "à prendre ou à laisser" et de prouver aux électeurs grecs que leur pays conservait l'initiative. Sans en préciser le contenu, Alexis Tsipras a déclaré que les propositions de son gouvernement avaient été transmises aux créanciers lundi soir. Un responsable grec a précisé que le document leur avait été envoyé avant la réunion en fin de soirée à Berlin des dirigeants allemand et français et de ceux de la BCE et du FMI. "Nous avons soumis un projet réaliste pour sortir la Grèce de la crise. Un projet réaliste dont l'acceptation par les institutions, nos créanciers et nos partenaires en Europe marquera la fin du scénario de la division de l'Europe", a dit le chef du gouvernement à la presse à l'issue d'une réunion à Athènes. "Nous n'attendons pas d'eux qu'ils soumettent une proposition. La Grèce soumet un projet, il est désormais clair que (...) la décision appartient aux dirigeants politiques de l'Europe", a-t-il ajouté. Alexis Tsipras se rendra mercredi à Bruxelles où il rencontrera dans la soirée Jean-Claude Juncker pour lui présenter son projet, répondant ainsi à une requête du président de la Commission européenne, a déclaré un responsable du gouvernement grec. DIJSSELBLOEM NE CROIT PAS À UN ACCORD CETTE SEMAINE Une porte-parole de la Commission européenne a expliqué que les négociateurs des deux parties échangeaient de multiples documents, ce qui était en soi "déjà un bon signe". Les discussions continuent et "nous ne sommes pas encore au bout", a-t-elle ajouté. Pour le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, une reprise de l'aide financière à la Grèce n'est "même pas théoriquement possible" cette semaine. "Même si les institutions en Grèce parviennent à un accord cette semaine, il faudrait qu'il passe par l'Eurogroupe", a-t-il expliqué à la chaîne de télévision néerlandaise RTL. "Donc théoriquement, il n'est pas possible cette semaine" de reprendre le versement des aides à Athènes, a-t-il ajouté. On ignorait dans l'immédiat si le document rédigé par le gouvernement grec, que certains représentants de l'UE ont dit ne pas avoir pu consulter pour l'instant, contenait des avancées sur les dossiers les plus épineux, comme les retraites, la réforme du marché du travail, les objectifs d'excédent budgétaire primaire ou encore les effectifs de la fonction publique. Des sources proches des négociations ont déclaré que le document grec n'incluait aucune concession sur les sujets majeurs. En début de journée, Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques, avait évoqué de "vrais progrès" dans les discussions, notamment sur les retraites. "Mais nous n'y sommes pas encore", avait-il ajouté. 300 MILLIONS D'EUROS À PAYER VENDREDI AU FMI Cette rencontre au sommet tenue à l'improviste illustre une volonté apparente des responsables politiques de reprendre le dossier en main, alors qu'ils insistaient ces derniers mois sur le fait que les négociations devaient se poursuivre au niveau des experts. Le temps presse pour toutes les parties puisque la Grèce doit faire face dès vendredi et au cours des prochaines semaines à des échéances financières de plus en plus difficiles à honorer. Or un défaut d'Athènes ne manquerait pas d'attiser les craintes d'un "Grexit", une sortie pure et simple de la Grèce de la zone euro, et de déclencher de nouvelles turbulences sur les marchés financiers. Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel a affirmé mardi qu'un défaut de la Grèce aurait des conséquences "gigantesques" pour l'Europe, tout en ajoutant espérer qu'un accord soit conclu pour éviter un tel scénario. ID:nL5N0YO162 Une source gouvernementale grecque a déclaré que le remboursement d'environ 300 millions d'euros au FMI dû vendredi serait effectué en cas d'accord avec les créanciers, ce qui sous-entend à l'inverse qu'Athènes pourrait ne pas payer en l'absence de compromis. Ce responsable a précisé que ce versement aurait lieu en cas d'accord préliminaire même si celui-ci n'était pas encore approuvé par l'Eurogroupe. Le versement dû au 5 juin est le premier des quatre remboursements que la Grèce doit effectuer au FMI d'ici la fin du mois, pour un montant total de 1,6 milliard d'euros. Un éventuel accord permettrait en principe à Athènes de percevoir le solde d'environ 7,2 milliards d'euros des aides prévues par le plan d'aide en cours, censé s'achever le 30 juin. (avec Karolina Tagaris à Athènes et Yann Le Guernigou à Paris,; Jean-Stéphane Brosse, Marc Angrand et Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.