Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Sylvia Pinel veut intégrer le tourisme au redressement productif

Reuters11/07/2012 à 21:58

SYLVIA PINEL VEUT ANCRER LE TOURISME AU REDRESSEMENT PRODUCTIF

PARIS (Reuters) - Sylvia Pinel, ministre de l'Artisanat, du Commerce et du Tourisme a présenté mercredi le secteur touristique comme une carte maîtresse que le gouvernement comptait utiliser pour mener à bien son projet de "redressement productif" du pays.

L'Hexagone reste la première destination mondiale en nombre de touristes mais elle ne se classe qu'au troisième rang en termes de recettes touristiques, derrière les Etats-Unis, et depuis une dizaine d'année, l'Espagne.

Alors que les perspectives du secteur sont mitigées pour la saison qui commence, la ministre estime qu'il faut investir de nouveau dans les hébergements pour préserver l'attractivité de la France en la matière.

"Depuis de nombreuses années, la France vit sur ses acquis et n'a pas réussi à avoir une politique du tourisme structurée et ambitieuse" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

Dans un ouvrage récent, l'ancien PDG de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa, proposait lui-même de faire de "l'art de vivre français"-et donc du tourisme - un des moteurs de l'économie française, en attirant la riche clientèle des pays émergents.

Cette manne est potentiellement gigantesque puisque, selon le ministère, les flux internationaux passeront en 20 ans de 980 millions actuellement à 1,8 milliard de touristes.

En ce début d'été, le marché français reste néanmoins plutôt morose, défavorisé par une météo peu clémente et une demande intérieure érodée par la crise.

"La prévision de la fréquentation totale pour la saison estivale 2012 devrait être égale à la saison passée, avec toutefois un sentiment de baisse", a estimé Jean Burtin, président de la Fédération nationale des offices de tourisme et syndicats d'initiative lors de la même conférence de presse.

"UN DROIT POUR TOUS"

Pour relancer le secteur, la ministre compte sur la coopération entre les acteurs publics et privés, afin de lier l'industrie touristique avec l'événementiel, la culture et le commerce. Elle souhaite également améliorer la qualité de l'offre, par la réhabilitation des hébergements, et l'amélioration des formations aux métiers du tourisme, ce qui pourrait potentiellement combler un déficit de 50.000 emplois non pourvus.

Au-delà des perspectives économiques, la ministre souhaite également ajouter un volet plus social à la politique touristique du gouvernement.

"Le tourisme demeure un facteur d'inégalités entre les Français que les politiques précédentes n'ont pas réduit" a-t-elle déclaré. "Les vacances sont un droit pour tous, et je souhaite que le plus grand nombre puisse en bénéficier".

Pour éviter de pénaliser les vacanciers les plus modestes, le gouvernement a décidé de reporter l'échéance de classification pour les campings du 23 juillet au 31 décembre. Les campings non classés auraient en effet été soumis dès l'été à un taux de TVA supérieur, alors que ce mode d'hébergement est privilégié par les moins fortunés.

Le nombre de Français envisageant de partir en vacances est en baisse par rapport à l'an dernier, passant de 34,7% à 32% pour le mois d'août, selon l'enquête de conjoncture réalisée par l'agence publique de développement touristique "Atout France".

Francois Charlottin, édité par Jean-Michel Bélot

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.